Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 13:54

Ou, l’instrumentation de l’affect des publics en ligne ne montre-t-elle pas vite ses limites ? Voire, le community management n’est-il plus qu’une affaire de dressage de LolCats (et de fruits qui dansent) ? Bref, ne faut-il que s’arrêter à la recherche d’une meilleure « image » au risque de ne favoriser que le développement d’interactions appauvries et accompagner (involontairement) une forme de « capitalisme émotionnel ou affectif » pour le plus grand bénéfice des acteurs dominants du web ? Un ensemble de questionnements dont voici les contours.

 

Le LoL comme premier levier « d’engagement » ?

 

La coupe du monde de foot nous offre actuellement de nombreux exemples de stratégies de communications sur le web. « Stratégie » apparait d’ailleurs comme un terme un peu fort : plus que des stratégies les organisations développent des tactiques afin de s’insérer au mieux dans le flux des échanges, et capter leur part d’attention.

 

Les exemples ne manquent pas pour démontrer la manière dont les entreprises « profitent du temps réel », rebondissent sur « le buzz », et bien évidemment jouent sur la corde de l’humour à répétition. La question, de mon point de vue, n’est pas de juger de l’effet comique ou non de ces tactiques, mais de questionner leur réelle efficacité sur le long terme, voire le rapide épuisement attentionnel qu’elles provoquent. D’ailleurs, l’affect ne se résume pas au seul levier de l’humour…

 

Pour aller plus loin, on pourrait même se demander si la volonté d’appauvrir les discours, de ne choisir que la facilité pour générer des interactions rapides, ne va pas petit à petit décrédibiliser les métiers du web (community management en tête) ? Et cela non pas pour les publics (le retweet ou le like étant le niveau 0 de l’interactivité numérique) mais pour les organisations et les investisseurs eux-mêmes. En reformulant la question d’un point de vue marketing : y-a-t-il un ROI sur le LoL ? Et un avenir…

 

 

Votre (e)réputation ne se résume pas à « l’image que l’on a de vous »

 

De mon point de vue, l’un des facteurs central pouvant expliquer cette frénésie de la blagounette facile et répétitive se trouve dans les discours tenus sur l’objectif des stratégies de communication numérique, dont l’un des premiers est la construction d’une réputation.

 

Lorsque l’on regarde les approches (toujours les même depuis 8 ans) et discours définissant la réputation en ligne, la notion d’image y est systématique. L’image mentale (que l’on développe en suite en « image de marque ») est le versant affectif et cognitif de la réputation. Lorsqu’un individu est exposé à l’action ou au discours d’une organisation, il va ainsi articuler un ensemble de représentations (issues de sa culture, de ses expériences, des informations qu’il traite, etc.), que l’on traduit par la notion d’image. Mais cette focalisation sur la notion d’image pose alors plusieurs problèmes :

==> L’image mentale n’est pas accessible pour une organisation (et pour personne). Un jour peut-être les approches de « neuromarketing » auront fait leurs preuves, ou nos cerveaux seront des objets connectés. Pour l’instant, l’image est dans la tête de vos publics… et reste dans la tête de vos publics.

 

==> Croire que chaque internaute va accéder aux informations de la même manière, et ainsi produire la même image, c’est penser que les usages du web sont homogènes, que tout le monde sait se servir d’un moteur de recherche (vu que « votre image, c’est Google » selon Chris Anderson), appréhende les interactions permises par les plateformes de manière similaire, ou encore a les mêmes référents culturels…

 

==> La communication suppose un commun, l’image est une production individuelle. Produire (seulement) de l’image c’est donc exclure une partie des publics, générer de possibles crises (et là aussi les exemples de communication dont l’humour est mal accepté sont légions), réduire les activités cognitives des « cibles » et ainsi petit à petit les interactions possibles.

 

==> L’image est fugace et se déforme dans le temps. Si l’on peut donc rigoler (voir partager) une photo d’ananas, ce n’est pas pour autant que celle-ci deviendra un marqueur mémoriel, et influera ensuite sur les relations avec l’ananas l’entreprise qui diffuse la photo.

 

==> Le principal levier pour générer de l’affect… est de jouer sur l’affect. Et l’humour, la peur, la tristesse sont des leviers avec lesquels il parait évident de générer/provoquer des émotions. Ce qui nous amène aux questionnements de ce billet donc, et dont nous discuterons des effets négatifs un peu plus loin.

 

Pourtant la réputation, et dans un certain sens les effets de la communication, sont mesurables. Et, oh magie, le numérique est construit de nombres qui permettent ces calculs… Mais avec de nombreuses limites là aussi. Vu que les organisations aiment les mesures chiffrées, le professionnel du web peut vite valoriser ses actions par des indicateurs produit par les plateformes : retweets, likes, audience… Dans un web où tout le monde fait du « social », le public avec lequel on veut se socialiser se réduit alors à sa capacité à presser sur un bouton, à ses traces d’usages qu’il égrène à chaque interaction, et devient ainsi un « public numérique » dont on ne sait rien hormis qu’il a cliqué suite à tel ou tel discours. Mais ici encore, rien sur l’effet réel de cette instrumentalisation de l’affect, et encore moins sur l’apport aux stratégies des organisations.

 

 

Quelques limites à ne jouer que sur l’affect et l’image

 

Bien entendu, il n’est pas question ici de combattre ou discréditer toute « stratégie » reposant essentiellement sur l’image et jouant sur l’affect. Mais surtout de pointer certaines limites, ou risque potentiels à plus long terme.

 

1. Cela favorise le modèle économique des plateformes…

Les plateformes web et surtout les acteurs dominants (Google, Facebook, etc.) ont compris depuis longtemps que monétiser l’attention est le meilleur moyen de générer des bénéfices. Ce capitalisme cognitif instrumente de plus en plus l’affect, le like de Facebook en étant le meilleur exemple. Rien d’étonnant donc de voir en « trending topic » des photos de chats, des blagues d’ados, etc.

 

Deux bons exemples sont Google+ et Twitter. En tant qu’utilisateur quotidien (surtout lecteur) de Google+, il est facile de remarquer que la majorité des posts étiquetés « populaires sur Google+ » sont les mêmes… que sur Facebook : vidéos « amusantes », textes (remplis de fautes) jouant sur les émotions, paysages de rêves, etc. S’il est difficile de dire que l’algorithme de Google+ favorise intentionnellement ce type de contenu (qui, pour rappel, a peu de rapport avec les contacts que vous suivez), il valorise néanmoins l’idée que l’audience est un critère central de la communication sur le web… Et vu que l’affect génère de l’audience, la boucle est bouclée. Les organisation se retrouvent ainsi « incitées » à produire de l’image pour gagner en visibilité, quitte à ne faire que reproduire aveuglément et sans prise de recul les modèles d’usages et informationnels voulus par les plateformes.

 

Twitter, quant à lui, vient d’annoncer l’arrivée des « gifs animés » (enfin des vidéos depuis Vine). Cela s’inscrit dans la volonté de Twitter de s’assurer un business model fiable (j’en parlais… il y a 2ans). Et qu’est-ce qui assure ce modèle de rentabilité : l’humour (gifs), la mise en avant systématique des hashtags les plus « légers », la contrainte des usages (bientôt une sélection des tweets dans les timelines ?), la valorisation des « favoris » (qui apparaissent maintenant dans ma timeline)… Bref, jouer sur l’affect des utilisateurs, voire l’instrumentaliser.

 

 

2… et pas forcément celui de entreprises

Si l’objectif de l’organisation est de générer de « l’engagement » alors, oui, les lolcats sont le meilleur moyen. Facebook, me semble-t-il, vient récemment de mettre fin à une certaine hypocrisie : vos contenus sont une forme de publicité, et faire de la publicité et bien c’est payant.

 

Mais comme le soulignait brillamment ce matin Xavier de la Porte sur France Culture, la publicité en ligne serait inefficace. Citant John Wanamaker, « Je sais bien que la moitié de l’argent que je dépense en publicité, je le gaspille, mais je n’arrive pas à savoir de quelle moitié il s’agit. », le journaliste m’offre ainsi une transposition : je sais bien que la moitié de l’argent que je dépense en stratégies web à base de LoL, je le gaspille, mais je n’arrive pas à avoir de quelle moitié il s’agit… Car les études sur l’efficacité de la publicité (hors-ligne) se concluent souvent par un « apport en image de marque ». Mais difficile de dire ce en quoi cette image influe concrètement sur le chiffre d’affaires.

 

Alors, on mesure : hors-web par des entretiens déclaratifs et autres sondages dont les limites ne sont plus à présenter, et sur le web par la computation de nombreux critères de mesure. Par analogie, on pourrait dire qu’évaluer la réussite d’une stratégie basée sur l’affect avec les mesures du web revient à mesurer l’humour d’un comique par les décibels des rires qu’il provoque. Cela parait peut être rassurant, mais ne dit en rien de ce qu’il restera de ses sketchs dans l’esprit des publics ensuite, s’ils reviendront le voir, etc.

 

 

3. Cela dévalorise les métiers du web, et spécialement celui de community manager

A suivre les usages édictés par les plateformes, à ne mesurer le « ROI » que par leurs seuls indicateurs, à ne reproduire que les traits d’humour qui ont « fait leurs preuves » (enfin leurs RTs), les stratégies des organisations s’uniformisent… Les community managers deviennent alors peu à peu des techniciens, qui sont là pour reproduire les bonnes blagues des autres (ou y répondre), presser le bon bouton après avoir payé la plateforme pour faire de la publicité ou, au mieux, maitriser Photoshop afin de rajouter du texte sous une photo de chat.

Rien d’étonnant alors de voir apparaitre, comme pour la veille en e-réputation d’ailleurs, des offres low cost. Telle celle des Pages Jaunes qui propose la création et la modération d’une page Facebook pour 25€/mois. Les professionnels du métier auront beau en rire ou être consternés, force est de constater que si le community management se résume à avoir de l’humour et suivre le mouvement, sans réussir à donner une mesure fiable de ses résultats au-delà de quelques chiffres (normal, il est difficile de mesurer une « image mentale »), alors à quoi bon effectivement investir des milles et des cents dans ce genre de stratégies ?...

 

 

4. Cela entraine une représentation biaisée des publics

Comme je l’ai souligné précédemment, la communication suppose un commun que l’affect ne permet pas. La notion de « génération Y » si chère à certains professionnels, trouve selon moi du sens ici, ou plutôt pourrait expliquer cette focalisation sur l’affect. Si nous sommes « dans un web de jeunes », alors il parait normal de faire de l’affect le principal levier de communication (car le « jeune » aime l’humour, il est globalement très sensible, c’est bien connu).

 

Mais quid des autres (jeunes ou moins jeunes) qui souhaitent entrer en contact pour des questions pratiques, qui ne comprennent pas l’humour proposé (ou qui s’en fichent royalement), qui ne s’intéressent pas aux « idées amusantes » proposées par les entreprises, etc. ? A n’évaluer ses stratégies que par les traces d’usage, et à ne provoquer l’interaction que par l’affect, les organisations ne croient s’adresser qu’à un public en demande de ce genre de contenus. Et en produit donc pour satisfaire ce public. Et exclue les autres. Et ne mesure que les interactions de ceux que cela intéresse, et ainsi de suite…

 

 

5. Cela n’aide pas à la prise de décision… et rend difficile l’insertion du web dans les stratégies globales des organisations

« Les entreprises n’ont pas encore compris l’intérêt du « digital » », « toutes les entreprises ne sont pas sur les médias sociaux »…

Ok, mais peut-on leur en vouloir si le levier le plus efficace qu’on leur propose est de faire du lol ? Si même la CIA arrive sur Twitter avec une blague, alors parler « sérieusement » du web devient légèrement difficile…Mais après tout, me direz-vous, peut être que « le web » s’en sortirait mieux s’il restait animé par un esprit potache et pas uniquement commercial (malheureusement je pense qu’il est trop tard) ?! Certains professionnels vont donc d’un côté argumenter sur le fait que le web doit être au centre de la communication des organisations, et de l’autre mettre en avant ou insister sur les stratégies ne visant qu’à générer de l’image par le biais de contenus « affectifs », faciles à digérer et donc encore plus faciles à oublier.

 

 

Au final…

 

Je m’arrête là afin de préserver votre temps de cerveau disponible, et ainsi vous laisser libre d’orienter votre attention sur des poireaux qui chantent ou des chats qui téléphonent.

Plus sérieusement, enfin moins cyniquement, le but ici n’est pas de regrouper tous les professionnels ou toutes les organisations sous la même enseigne : toutes les organisations ne cherchent pas systématiquement à produire des « images mentales », autant qu’elles ne font pas reposer leurs stratégies sur les objectifs commerciaux des plateformes.

 

De même, si une marque est à proprement parler un signe distinctif, il est alors nécessaire d’orienter les interprétations possibles. Dans le cas d’Oasis par exemple, on comprend alors mieux que le côté « fun » et humoristique colle bien avec ces interprétations voulues pour une marque de jus de fruits destinée à une tranche d’âge spécifique. Pour beaucoup d’autre la question reste (et vous est) posée ?... Après tout, et comme le disais Henri Salvador, « faut rigoler » avant que la neutralité du net, la NSA ou des drones publicitaires nous tombent sur la tête.

 

Et vous, pensez-vous que jouer sur l’affect est la meilleure stratégie ? La recherche constante de l’audience, de « l’engagement » ou du retweets est-elle la seule finalité d’une stratégie web ?!

Partager cet article

Published by Camille A - dans Rayon Etonnement
commenter cet article

commentaires

Olivier CHAILLOT 31/07/2014 18:08

Dans un monde de l'immédiateté où il est plus urgent d'être célèbre pour avoir de la notoriété sans contenu il n'est pas étonnant que toute action permettant de "passer à la télé" sera privilégiée par nombre d'acteurs. Tout est en place pour "tirer" le maximum de gens vers le bas. Avoir la volonté de "tirer" vers le haut implique d'avoir un autre rapport au temps. Le temps long, comme variable stratégique, enjoint de travailler sur la réputation et non sur la notoriété ...
je sent bien que ces deux notions semblent se confondre dans l'esprit de beaucoup, mais ce sont deux notions qui ne recouvrent pas la même chose et donc ne se "travaillent" pas de la même manière.
La notoriété c'est le fait d'être connu, la réputation c'est le "pourquoi" on est connu ... des exemples ?
Barbe bleue : belle notoriété (beaucoup de gens le connaisse mais mauvaise réputation (il a fait des choses pas bien :)) un peu comme Henri Dédiré Landru (celui qui était pour la femme au foyer) ...
chacun gagnerait en compréhension des phénomènes en prenant un peu de recul ... c'est à dire en replaçant dans le contexte, en réintégrant le temps dans la réflexion, ... à force de sur-réagir à tout (ou presque) nous finissons par faire des actions qui n'ont plus de sens ... puisqu'elles ne s'inscrivent pas dans le temps long ... Syndrome du ROI immédiat ? comme en bourse ?

Benoit Maydat 30/06/2014 10:53

Hello.
Je crois que cette stratégie du LOL intervient surtout entre une marque et des publics qui n'ont rien à se dire... Les gens achètent une boisson parce qu'ils l'aiment, vont dans un supermarché car c'est le plus proche de chez eux, et ça s'arrête là. L'humour n'est pas forcément la meilleure façon de communiquer fréquemment, c'est souvent la seule.

En revanche, le tweet de la CIA est plutôt bien vu car il l'humanise et la rapproche des gens, qui éprouvaient plutôt un sentiment de défiance à son égard. En ce sens, c'est positif. Pour les entreprises, tout dépend du public visé, mais la sympathie procurée par ce genre de tweets ne peut pas nuire (de là à y investir des milles et des cents, à quoi bon, comme tu dis...).

A l'opposé, une entreprise B to B par exemple, qui a besoin de démontrer l'étendue de son expertise à ses clients et prospects (et donc de créer des images mentales solides) ne peut pas se permettre de s'arrêter au LOL pour catalyser la prise de décision de ses cibles. Ces entreprises l'ont compris et mettent en place de vraies stratégies web pour faire connaître et asseoir leur expertise, souvent grâce à des prises de parole d'experts et la formation de ces experts au web social. Ceux-ci commencent par devenir des relais (et non des influenceurs, comme tu le dis bien, ce qui est une illusion), puis (le Graal) faire autorité.

Les entreprises grand public, quand elles auront vraiment quelque chose à dire, devront elles aussi trouver de vraies stratégies. Mais il faut peut-être commencer par réfléchir à ce qu'elles ont à dire. Pour l'instant rien, on dirait...

Benoit Maydat 22/07/2014 14:29

Si les entreprises n'ont rien à dire, elles ont en revanche beaucoup à faire ! C'est peut-être cette direction-là que les entreprises doivent prendre pour tirer le meilleur parti du web social. Et surtout, offrir le meilleur à leurs publics :)

Camille A 01/07/2014 09:48

Merci pour le commentaire!

Donc, si je suis cette logique, les entreprises sont sur le web, pour être sur le web, et au final ne peuvent pas y développer des stratégies, du fond, et restent sur des tactiques qui ont peu d'impact sur leurs objectifs (commerciaux, de communication, etc.) ?!

C'est un peu dur comme constat... :)))

Lucas @formation management 23/06/2014 09:53

Je pense qu'une bonne stratégie de communication web doit combiner un peu d'affect mais aussi du contenu solide et intelligent afin que chacun puisse s'y retrouver.

Le nouveau blog!

Le nouveau blog : cadderep.hypotheses.org

 

Rechercher

Gazouillis