Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 22:02

 

PlateformeCurationIntro.jpgCurator, curation... Néologisme, buzzword ou simple phénomène marketing, un constat est à faire : de plus en plus de plateformes dédiées à cette activité se développent sur le web. Outils qui, au-delà de leur utilité pour formaliser, classer et diffuser une veille, se révèlent aussi intéressant à observer dans une problématique de gestion de la réputation en ligne. Voici quelques unes de ces plateformes...

 

Si le « curator » fait de la veille, et que de plus il sait/peut la médiatiser, alors les outils qu'il utilise peuvent (doivent ?) être pris en compte dans une veille d'opinion ou d'image. Pour faire suite au précèdent article (Le curator est-il un veilleur ?) voici quelques outils visant à faciliter cette (nouvelle/ancienne ?) activité. L'idée n'est pas ici d'en faire une présentation exhaustive, mais de vous inciter à aller y jeter un oeil afin de, pourquoi pas, découvrir de nouvelles sources utiles à votre stratégie de veille et d'e-réputation.

 

Et même si (nous sommes bien d'accord) ces plateformes rappellent étrangement certaines de bookmarking, qu'elles sont pour la plupart étroitement liées à Twitter et qu'elles surfent sur une terminologie nouvelle (mais des usages bien réels), leurs éditeurs les dénomment d'eux-même : plateformes de curation.

 

 

Quel(s) intérêt(s) pour la gestion de la réputation en ligne ?

 

==> Tout d'abord formaliser et médiatiser une veille sur un sujet précis. Plutôt que faire du mashup (parfois mal interprété) il peut être intéressant pour une organisation de développer un profil sur l'un de ces outils afin de démontrer l'expertise de ses collaborateurs (si la selection est humaine et non basée sur un algorithme), sa connaissance d'un secteur, etc.

 

==> Bien évidemment devenir soi même un curator qui curationne... Cet aspect ne sera pas développer ici (côté création donc), ou très peu, l'idée étant plus de présenter comment appréhender globalement ces plateformes de manière « passive ».

 

==> En interne, ces outils peuvent devenir des supports intéressants de diffusion d'une veille.

 

==> Dans le cadre d'une veille sur un sujet précis, ou sur une organisation, les curators peuvent être vus comme des utilisateurs de Twitter : ils ont des followers, ils se démarquent (ou non) sur un sujet particulier, ils sélectionnent des ressources intéressantes... Bref, ils peuvent soit devenir un indicateur médiatique sur les sujets intéressants pour leur communauté de lecteurs (ou followers). Soit être un (ego)filtre pour les veilleurs en e-réputation pour sélectionner certains articles concernant leur organisation, ou encore dans l'idée que ces articles semblent devoir être mémorisés et partagés (en résumé une sélection par et pour l'internaute).

 

Ces plateformes seront classées en deux « catégories » : plateformes humaines, et basées sur un algorithme.


 

Les plateformes humaines

 

Le principe de ces plateformes est de reposer sur une selection par l'utilisateur des articles à diffuser, et non pas sur un choix mathématique et souvent aléatoire. Même si, bien entendu, une automatisation peut être faite, notamment par l'utilisation de flux RSS.

Globalement ces plateformes proposent des fonctionnalités et des ergonomies relativement similaires. L'idée étant plus de choisir des profils pertinents d'utilisateurs sur chacune de ces différentes plateformes (au niveau de la veille) plutôt que de camper dans seulement une ou deux d'entre elles.

 

 

Curated.by


Curated.by permet (après inscription depuis votre profil Twitter) à l'aide d'une extension Google Chrome, ou tout simplement grâce à la barre dédiée à cet effet, de mettre un lien en provenance de Twitter. Curated By vous propose ensuite de créer un sujet associé (ou de l'inclure dans un sujet existant), de choisir si vous souhaitez qu'il soit commenté, ou encore qu'il reste en privé.

 

PlateformeCuration1.jpg

Détail technique : sur Curated.by, il faut dire un « Bundle » pour parler d'un sujet ou d'un article que l'on met en ligne (n'est pas curator qui veut ).

 

Au-delà, pour la veille, Curated.by propose plusieurs fonctionnalités intéressantes de recherche et de veille :

=> un « news feed » pour voir les liens ou commentaires de vos contacts

=> un classement des « bundles » les plus lus ou partagés ou suivis

=> les sujet les plus populaires (avec le plus de bundles et de followers)

=> les derniers curators arrivés sur la plateformes

=> un moteur de recherche de sujets


 

PlateformeCuration2.jpg

 

 

Le moteur de recherche affiche clairement les personnes ayant créés des pages/sujets en rapport, avec le nombre de personnes s'étant abonnées (fitre médiatique).



PlateformeCuration3.jpg

 

Lorsque vous arrivez sur un sujet, la présentation du profil est plutôt intéressante, puisque vous pouvez identifier : le nombre de liens proposés, le nombre de fois où le profil a été vu, les comptes Twitter où on été piochés certains liens, ainsi que la liste des sources d'où proviennent les contenus (très utile pour repérer les articles qui ont « marché »... ou découvrir de nouvelles sources !).


PlateformeCuration4.jpg

Remarques : cette plateforme est encore majoritairement anglophone, à voir avec le temps donc (si le système fonctionne). Notons au passage que tout est fait pour attirer des utilisateurs de Twitter, du design à l'ergonomie en passant par le fontionnement global.

 

 

 

Chripstory


Chirpstory est en quelque sorte un clone de Curated.by (ou inversement), proposant le même fonctionnement pour partager des liens (des « storys »), soit : en entrant manuellement des liens, ou en connectant directement son compte Twitter. Seule l'interface (sur deux tableaux parallèles rappelant Storify présenté plus loin) diffère...

 

Gros bémol : Chirpstory ne propose pas (encore) de moteur de recherche efficace ! De plus, après exploration, la plupart des « storys » ne sont que des liens issus de comptes Twitter pour la plupart (là où l'outil propose tout de même une interface pour mettre en forme ces dites « storys »)...

 

La présentation des liens et des comptes est quant à elle, et comme pour l'outil précédent, assez intéressante puisque l'on peut voir le nombre de fois où l'histoire a été lue, partagée, sauvegardée par d'autres utilisateurs, etc.

 

PlateformeCuration6.jpg

 

Au final, un outil qui a peut être voulu surfer trop vite sur la curavague... Au dernier test (pour les impressions d'écrans de ce billet), l'outil d'ajout et de recherche des liens ne fonctionnait tout simplement pas. Pour les anglophones voulant aller plus loin, vous pouvez regarder la vidéo de présentation de cet outi. 

 

 

 

Keepstream

 

Keepstream propose, encore une fois, les mêmes fonctionnalités pour ajouter du contenu que les deux outils précédents. Seule différence, l'ergonomie en drag and drop de Keepstream permettant de créer directement un « draft » depuis sa timeline :


PlateformeCuration7.jpg

 

 

Là encore, pas de moteur de recherche mais un système de timeline pour chercher des « collections » de liens créés par d'autres utilisateurs. En bref pas très pratique, surtout au vu du faible contenu présent pour l'instant sur la plateforme... A voir dans quelques mois ?!

 

 

 

Bag the web

 

Bag the web est un outil plus abouti que les deux précédents, et qui semble plus axé sur l'aspect « humain » de la selection des liens :

 

=> Pas de connexion au compte Twitter nécessaire

=> La possibilité d'ajouter du contenu soit sous forme d'un simple lien commenté, soit sous forme d'un article

=> Bag the web ne met pas automatiquement d'images, c'est à vous de choisir celle qui doit illustrer votre lien (ou billet)

=> Un système de « bags » simple à appréhender pour gérer des collections de liens

 

Résumons : une plateforme plus orientée sur une vraie mise en contexte non-automatisée de l'information par l'utilisateur. Avec la possibilité, bien évidemment, d'ajouter un bookmarklet sur votre navigateur ou encore un flux RSS.

 

PlateformeCuration8.jpg

Et (miracle!), Bag the web propose même un moteur de recherche :

 

PlateformeCuration9.jpg

 

Moteur vous signalant les « bags » ayant le plus de liens contenant le mot-clé cherché, ainsi qu'une liste d'utilisateurs abordant (plus ou moins) la thématique.

De plus, la plateforme vous propose les derniers sujets et # (Twitter est partout...) les plus partagés, ainsi qu'une liste des utilisteurs les plus actifs :


 

PlateformeCuration10.jpg

 

 

Avec, bien sur, pour chaque « bag » ou utilisateurs, des données sur le nombre de visites, de partages, de commentaires, etc.

Intéressant pour une approche de gestion de contenu (type bookmarking), cette plateforme est encore trop peu utilisée pour représenter un intérêt pressant pour de la veille d'opinion (mais avec le développement d'une forte communauté, cela peut devenir tout autre).

 

 

 

Newser

 

Newser est une plateforme dont l'interface rappelle celle d'un site de presse en ligne, et qui là aussi repose principalement sur une selection manuelle des contenus à diffuser. Comme pour Bag the web, Newser permet : d'ajouter un lien, un titre, un résumé, un commentaire et une image pour illustrer :

 

PlateformeCuration11

 

Newser présente ensuite les derniers résumés des utilisateurs sur une interface plutôt sympathique sous forme d'images. L'interface des comptes et de présentation des résumés est elle aussi sobre et accessible (bien que bourrée de publicités), proposant même de noter la news en elle-même (ou le résumé qui en est fait...) :


 

PlateformeCuration12.jpg

 

 

Le moteur de recherche est plutôt décevant puisqu'il s'agit d'un Google CS, avec tout de même la possibilité de trier par : recherche sur l'ensemble du site, dans les « news », les tags ou encore les profils d'utilisateurs.

 

 

 

Scoop.it

 

Scoop.it, outil français développé par Goojet, est l'une des palteformes de curation la plus médiatisée ces derniers temps sur le web francophone. Pas étonnant donc de retrouver une communauté de plus en plus développée.

Cet outil, comparativement à certains présentés ici, est abouti au niveau de l'interface et de l'ergonomie, ainsi que de son classement des sujets et la présentation des utilistaurs et de leur(s) réseau(x).

 

Jeune outil mais avec déjà pas mal d'articles le concernant! Articles que vous êtes invites à lire pour mieux comprendre son fonctionnement et son intérêt (pas besoins de réécrire ce qui est déjà bien fait  ):

 

==> http://moderateur.blog.regionsjob.com/index.php/post/la-curation-avec-scoopit-et-100-invitations-a-gagner

 

==> http://fr.techcrunch.com/2011/01/04/scoop-it-nouvel-acteur-de-la-curation-entre-blog-et-twitter-invitation-beta

 

==> http://frenchweb.fr/goojet-lance-scoop-it-entretien-avec-son-directeur-general-guillaume-decugis/

 

 

 

Storify

 

Storify est une plateforme semi-automatisée, puisque pour fonctionner elle nécessite de se connecter à un compte de réseau social. Même concept que les précédentes (avec moins de possibilités « d'agrémenter » ses « histoires »), cette plateforme permet de rechercher simplement certains liens, ainsi que d'identifier les échanges et réseaux d'utilisateurs se constituant.

 

Ici aussi, cette plateforme à été fortement médiatisée il y a quelques mois. Voici donc des articles descriptif de cet outil et de ses finalités:

 

==> http://www.lesinrocks.com/medias/numerique-article/t/57093/date/2010-12-29/article/storify-une-revolution-en-marche

 

==> http://fr.locita.com/reseaux-sociaux/twitter/storify-le-renouveau-du-journalisme/

 

==> http://www.mag2com.com/?storify-vers-une-nouvelle-forme-de

 

 

 

Trunk.ly

 

Trunk.ly, d'un point de vue pratique, propose tout d'abord après inscription (pas besoins de Twitter ici) d'importer directement ses signets Delicious.

L'ajout de liens, de manière manuelle, est vraiment simple. Autre possibilité : connecter directement Trunk.ly à ses comptes Facebook, Twitter, Tumblr et Posterous (les premières plateformes de curation ?!) ou encore Google Reader.


PlateformeCuration5.jpg

 

Pour la veille, cet outil s'avère cependant moins pratique et intéressant que les précédents. En effet, étant encore en version alpha, il est nécessaire pour trouver des comptes de passer par les comptes des créateurs, et de rechercher ensuite dans leurs followers, ou dans leurs tags pour trouver des sujets... Bref, à surveiller mais de (très) loin pour l'instant !

 

A noter que dans une approche de PKM Trunk.ly peut devenir un outil intéressant d'archivage.

 

 

Pearltrees

 

Pearltrees, outil basé sur la mise en lien (graphiques) des contenus et des utilisteurs, ainsi que sur un concept d'enregistrement automatique de votre navigation web, avait déjà été présenté sur ce blog : Bookmarks et e-réputation : chercher dans la mémoire des internautes En résumé, dans un article sur les outils de bookmarking... La différence est certe subtile mais, comme dit en introduction, Pearltrees se dénomme comme « plateforme de curation ».

 

Bookmarks8

 

Mais encore : Qrait, Publitweet, Cithread, Eqentia, Curationstation, Habitstream, Kweeper (une sorte de Twitter, à tester)...Parfois payants, ces outils sont sur le même concepts que ceux présentés précédemment, souvent automatisés et basés sur Twitter que sur une réelle selection par l'utilisateur...

 

 

 

Plateformes basées sur un algorithme

 

Evidemment toutes ces plateformes fonctionnent avec des algorithmes... Mais les 3 (re)présentées ci-dessous regroupent le même principe : le choix des sources est humain (et souvent issu de Twitter), mais la selection, le classement et la hiérarchisation des informations sont réalisés par l'outil. Intéressant pour découvrir des ressources, pour évaluer ce qui s'échange le plus dans une communauté (enfin tout dépend des critères de classement de l'outil, souvents obscurs), ou tout simplement fournir un support intéressant pour diffuser de l'info.

 

Paper.li

Déjà présenté sur ce blog, Paper.li remporte un certains succès auprès des utilisateurs de Twitter. Ses fonctionnalités ne cessent d'évoluer (possibilité de rechercher dans les archives d'un compte, de voir les statistiques de visites du compte, présence d'un flux RSS) en faisant un outil de veille de plus en plus efficace. Et spécialement pour observer les articles les plus partagés dans des communautés Twitteriennes.

 

TwitterTim.es

TwitterTim.es fonctionne sur le même concept que Paper.li, et existe depuis déjà plus d'un an (l'ancêtre de la curation algorithmée ?!). Sur le principe de la revue de presse, cet outil est tout de même moins ergonomique que le précédent. A tester donc, surtout que l'automatisation permet de produire un résultat très rapidement.

 

Montage

Montage est un outil Mircrosoft basé sur un principe simple : Bing va chercher pour vous de l'info (ou depuis votre compte Twitter), vous n'intervenez au final que pour la selection des informations en elles-mêmes, la mise en page ou autre. Mais vous pouvez laisser simplement Montage faire le choix et la mise en page pour vous.

La recherche est ici quasi impossible puisque comme Paper.li et TwitterTime.es, montage propose des pages d'utilisateurs (rappelant aussi dans un certains sens Posterous), et ne fonctionne sur un concept de réseau social (avec des followers, des commentaires, etc.).

 

Eric Dupin à fait une très bonne description pour mieux appréhender cet outil.

 

A noter que Flipboard est, pour les possesseurs d'I-pad (une niche dans la niche en somme), un outil à l'ergonomie sympathique, et fonctionnant comme les plateformes présentées juste au-dessus.

 

 

Au final : curera bien qui curera le dernier

 

Comme dit en introduction, peu importe le terme, l'aspect marketing qui se cache derrière (après avoir vendu du community management transmedia réputationnel, vendons de la curation), les usages se développent et les outils suivent.

 

Simples feux follets numériques ou réelles tendances du web, ces outils peuvent dès maintenant être intégrés dans les stratégies de veille et de communication/marketing en ligne. Le tout étant, ne cessons pas de le rappeler, de ne pas tomber dans l'effet de mode et bien garder évaluer le potentiel de chacune de ces plateformes.

 

 

Quelques petits étonnements au passage :


==> chaque plateforme essaye de créer son propre langage, ses propres terminologies pour au final... les mêmes fonctionnalités! Une «normalisation » ne serait-elle pas bienvenue (même s'il n' y a pas encore de leader sur le marché pour imposer ses standarts) ?!

 

==> Le lien avec Twitter est pour l'instant le plus mis en avant pour la plupart de ces outils, réduisant ainsi la diversité au niveau des contenus et des seléctions francophones (étant donné le faible nombre de gazouilleurs français). Ce qui souvent, au niveau de la veille, rend peu intéressant ces outils (autant suivre directement les comptes)

 

==> En cumulant les fonctionnalités de la plupart d'entre ces outils, il serait possible d'en créer un vraiment performant et attractif

 

==> Soyons clairs (et prédictifs) : la plupart de ces plateformes ne passeront pas l'été...

 

==> Tumblr, Posterous voir même Frieenfeed auraient eu leur place ici dans un certains sens (mise en page rapide et/ou automatisée de liens avec possibilité d'y ajouter des annotations/commentaires). A noter que le même destin que Friendfeed attend certaines de ces plateformes : être rachetées pour intégrer le concept dans un réseau à plus forte notoriété et au plus grand nombre d'utilisateurs (suivez mon regard...)

 

Voilà, maintenant, promis, je ne parle plus de curation

 

Et vous, comment intégrez vous ces outils dans votre veille ou vos stratégies d'e-réputation ?! Pensez vous que les pratiques vont réellement se développer ?

Partager cet article

commentaires

Laurentin 13/01/2011


Je viens de découvrir grâce à votre article, de nouveaux outils me permettant de partager différents sujets de veille. C'est fort intéressant même si pour moi cela revient à dire qu'il va falloir
tester de nouvelles combinaisons d'outils pour arriver à mes fins.

Il est évident que la curation me semble exister quelques temps, de manière un peu différente, certe. L'ensemble des ces outils ne font que faciliter le travail d'un veilleur qui chercherait à
présenter ces sujets de veille avec une ergonomie plus agréable. Cela étant, cette forme de traitement de l'information ressemble à s'y méprendre à une activité de partage d'information à travers
des outils de Social Bookmarking, sans réelle ergonomie peut-être ! Il est certain que l'on se rapproche d'un web sémantique en utilisant tel ou tel outil mais restons vigilent, certains de ces
outils ne doivent pas remplacer l'appréciation de celui qui recherche de l'information.

Comme vous l'indiquer dans cet article, cela ne doit en aucun cas se soubstraire à la fonction humaine de la sélection des sujets, à la vérifications des sources d'informations, et si possible,
c'est le cas pour certains de ces outils, de permettre une mise en forme claire ou le plaisir de la lecture reste cohérente à la source de l'information.

Pour ma part, j'ai opté pour des combinaisons de plusieurs outils et selon des thématiques de veille spécificque. L'avantage de pouvoir utiliser ces différents outils, combinés ou non, me permet de
passer plus de temps dans une lecture agréable que de perdre du temps dans le tri de ces nombreuses informations collectées. Je combine Google reader et Feedly pour des flux d'ordre général sur une
thématique de " surface ", Feedly me permettant une lecture plus agréable au format qui m'a toujours attiré : une forme de journal magazine.

De ces sélection j'opte pour séparés certaine de ces thématiques, celles plus spécifiques à l'utilité dont j'ai besoin, je les lie et les analyses pour ensuite les présenter à travers d'autres
outils tel que les tumblelog, ou les outils de social bookmarking permettant de partager ces informations à travers des communautés thématiques.

Il est clair que je vais m'orienter vers ces nouveaux outils de curation de l'information, certes de prime abord il ne se rapproche pas forcément de l'idée que je tiens à conserver, la recherche de
l'information, puis le traitement et bien évidemment sa diffusion, l'ensemble des ces outils étant limité, c'est mon avis, dans le travail de la mise en forme, même si l'on se rapproche de plus en
plus à ce que je pense d'une ergonomie favorisant la lecture comme si l'on était dans son fauteuil pour le lire une magazine, peut-être que je suis un peu trop nostalgique du journal et du magazine
en papier..........


Tim Gasper 18/01/2011


Thanks for the mention of Keepstream! :) I'm one of the co-founders, feel free to let me know anytime if you have feedback or ideas on the site. My email is tim (at) keepstream (dot) com.


Jean-Philippe Encausse 31/01/2011


Bonjour,

merci pour ce résumé, pour ma part j'utilise GoogleReader comme gestionnaire de mes centaines de flux et Flipboard pour dépiler/partager cette information ainsi que celle issue de Twitter et
Facebook.

Je vois ces outils comme des GoogleReader "like" avec une IHM de magazine.

Après ... je serais très intéressé de connaitre les API/Connecteurs utilisés pour extraire de la sémantique des article partagés.

Typiquement, Flipboard suis les liens, et extrait des images ou vidéos des articles présentés.


charles 31/01/2011


La nouvelle version de kweeper sort dans quelques jours : http://preprod.kweeper.com

Pour info, kweeper n'est pas une "sorte de twitter" ...

Mais beaucoup plus.

Il suffit de tester pour vous en faire une idée précise


Info Magazine 21/08/2012

J'utilise scoop.it et il me semble l'outil parfait pour la curation :) !

Le nouveau blog!

Le nouveau blog : cadderep.hypotheses.org

 

Rechercher

Gazouillis