Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 16:15
Bientôt la rentrée... Pour de nombreux étudiants et professionnels c’est l’heure du mercato des emplois (sur fond de crise, ce qui ne rassure personne). Comme tout le monde je scrute les offres d’emplois et de stage, notamment pour voir si mon profil reste adapté aux offres proposées.

 


Je me suis souvent posé cette question : quel est le profil ultime du veilleur (ou veilleuse) d’opinion ?!


 



Afin d’évaluer rapidement à quoi ressemble ce profil, j’ai pris l’ensemble des offres parues sur (l’excellent blog) Veille et TIC et j’ai lancé une petite analyse. Voila ce qui en ressort...


 

==> Le veilleur d’opinion idéal est un stagiaire :-( (80 % d’offres de stage, ce qui est plutôt habituel)


==> il a au minimum un bac +4


==> Il a fait des études en communication, en web, voir en sciences politiques. Peu (voir pas) de profil d’IE ou de veilleur « purs » recherchés


==> Il maîtrise impérativement Excel (reporting oblige), et les « outils informatiques » (je penses que le terme bureautique serait plus approprié) : Power Point, Word, etc.


==> Etonnement, la maîtrise d’un outil de veille en particulier n’est pas demandée (mais doit bien évidemment être un plus)


==> Le veilleur doit parler, lire et écrire l’anglais, ou de préférence être réellement bilingue (une langue rare est un plus)


==> La pratique intensive d’Internet et des outils web 2.0 (blogs, forums, réseaux sociaux, etc.) est obligatoire. Il faut donc savoir montrer sa présence numérique, être bloggeur étant ce qu’il y a de mieux

 

==> Bonnes capacités de synthèse, et surtout un bon rédactionnel (reporting oblige bis)


==> De préférence, le veilleur aura une ou plusieurs thématiques fétiches : automobile, luxe, jeux vidéos, etc.


==> La maîtrise des outils et méthodologies du webmarketing sont un plus, la mise en place d’actions d’e-réputation (marketing virale, community managment, etc.) étant souvent de mise


==> Dans tout les cas, le veilleur d’opinion doit pouvoir appréhender et s’adapter rapidement aux thématiques et sujets sur lesquels il doit veiller


==> Puisque qu’il est (sur)connecté au web, le veilleur doit pouvoir rapidement et de manière ponctuelle identifier les bonnes pratiques et les nouveautés du métier (du web en fait).


En bref, à l’heure actuelle, être un bon veilleur d’opinion pourrait se traduire par une bonne capacité à rechercher de l’information sur Internet, et une bonne connaissance du web 2.0 (geek ?).

Ces offres plutôt larges venant du fait que les pratiques de veille et surtout celles appliquées au web 2.0 sont relativement récentes. Il doit paraître difficile à un recruteur d’évaluer sur CV le degrés de compétence en matière de veille d’opinion, les meilleurs points de repères étant la présence sur le web et la visibilité du demandeur d’emploi.

 


Et puisque j’aime bien les nuages de tags, en voici un à partir des offres analysées (réduit à 20 termes) :

 


 


 Où l’on s’aperçoit aussi que les qualités demandées sont des plus classiques : rigueur, esprit d’équipe, etc.

 

La meilleur arme étant (à mon avis) la candidature spontanée et ciblée, réfléchissez bien à votre CV (2.0 de préférence), sélectionnez des agences... Et lancez-vous !


Bonne chance à tous et toutes dans vos recherches !

 

(Si certains veilleurs pros (ou responsable d’agences) souhaite m’envoyer leurs profils (plus précis) afin que j’affine ce rapide portrait, je leur dit merci d’avance :-))

Partager cet article

commentaires

Patrick CUENOT 10/11/2009 20:02


Bonjour,

J'ai lu avec intérêt votre billet. Je souhaite néanmoins le compléter des observations que j'ai pu noter au cours de mon propre stage d'un an au sein d'un cabinet de conseil en e-réputation qui
figure sur votre liste publiée en septembre 2009. Inutile de préciser que mes réflexions revêtent un caractère hautement subjectif :

=> Bac+4 : d'accord. Parfois même plus, puisque je préparais (et prépare encore) un Mastère.

=> Etudes en Web, en communication ou en Sciences Politique : je rajouterais l'Intelligence Economique et le marketing

=> Maîtrise impérative d'Excel : je serais plus nuancé : j'ai plus souvent utilisé Powerpoint qu'Excel, chaque résultat de mes investigations faisant l'objet d'une restitution auprès d'un
client.

=> Maîtrise d'un outil de veille non demandé : je confirme tout en nuançant, n'ayant fait mes recherches que sur Google au cours de mon stage. Les études plus pointues étaient sous-traitées
auprès d'un prestataire équipé d'un outil de veille automatique et ne fonctionnant qu'avec des stagiaires. Par contre, si vous faites votre stage auprès de ce type de prestataire ou d'une
banque,
la maîtrise d'un logiciel de veille sera appréciée.

=> Pratique de l'anglais : mes recherches sur la réputation en France d'entreprises françaises n'ont nullement requis de connaissances linguistiques. Dans le cas contraire, l'étude a été
sous-traitée.

=> Pratique intensive d'Internet et des outils Web 2.0 : je confirme, outre les études, ce stage m'a permis de faire mes premières armes en tant que blogueur et twitter.

=> Bonnes capacités de synthèse : oui, sans hésitation. Un peu plus réservé sur les capacités rédactionnelles, qui interviennent lors de la rédaction de rapports de veille ou d'étonnement,
ce
qui ne m'a pas été demandé.

=> Une ou plusieurs thématiques fétiches : pas vraiment, la majorité de mes investigations ont porté sur la réputation RH de l'entreprise. Le reste était consacré à des thématiques Web que je
ne
maîtrisais pas, mais avec lesquels je me suis familiarisé au gré de mes recherches : vente en ligne, blogs, intelligence collective, buzz, réputation des traders, des établissements
hospitaliers
psychiatriques...

=> Maîtrise des méthodologies et outils du Webmarketing : en effet, dans mon enseignement axé sur le positionnement stratégique de l'entreprise, il m'a manqué des méthodologies de mise en
place
opérationnelle d'une action d'influence.

=> Adaptation rapide aux thématiques et sujets à veiller : je confirme. En veille d'opinion, on passe d'une banque à une chaîne de restaurants ou d'une grande surface à une SSII. Cependant,
une
bonne grille de compréhension des grandes tendances constatées sur Internet permettent à l'étude qualitative de confirmer les tendances rencontrées sur le plan quantitatif.

Voilà ce que je peux dire...


Camille A 10/11/2009 21:26


Merci Patrick pour ce commentaire et pour avoir apporter votre propre expérience

Mon propos ici n'était pas de proposer un profil parfait mais une synthèse des offres d'emplois en veille d'opinion présentes sur Veille & Tic. Effectivement, dans la pratique les profils divergent souvent (quoi que).

Je m'aperçois par contre que le cabinet où vous avez fait votre stage (e-walking ?) sous-traite beaucoup de leurs activités (comme pas mal d'agences) ce qui limite effectivement la polyvalence :
moins d'outils et plus de conseil, ou l'inverse.

Travailler chez "l'annonceur" permet souvent de manier tout les aspects de la veille (et encore plus de l'e-réputation).

A bientôt.


EmilieP 02/09/2009 17:45

Très bonne analyse, c'est bon à savoir. 80% de stages quand même : je ne suis pas vraiment étonnée mais ça décourage un peu !

Camille A 02/09/2009 23:58


Merci !

Il ne faut pas se décourager, la veille (et la veille d'opinion en particulier) est tout de même en plein essort. De nombreux préstataires disent rebondir grâce à la "crise", le web étant devenu
quasi incontournable en matière de marketing, de comm, etc.
Voir notamment l'interview du patron de Blueboat sur Boites de Veille.

Mais bon après il est vrai que le recours aux stagiares peut être parfois abusif (surtout en agence)...

De + en + d'agences se créent, et faire connaitre la veille, l'IE, la doc, etc. notamment par le biais d'un blog comme le tiens montre que l'on est sur la bonne voie.

A bientôt.


amalbel 24/08/2009 17:28

Merci Camille pour cette analyse :)

Camille A 25/08/2009 15:07


Merci :-)


Le nouveau blog!

Le nouveau blog : cadderep.hypotheses.org

 

Rechercher

Gazouillis