Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 13:40

Veille-competence.jpgPetit rapport d’étonnement sur un débat vieux comme la veille, mais qui mérite encore quelques réflexions : la veille est un métier à part entière, pas une simple compétence de plus… Débat ravivé selon moi par le développement du web et de ses outils tous plus performants les uns que les autres ; mais qui sans méthodologie ne sont plus si performant que ça…

 

 

 

 

 

 

Cet étonnement par de divers constats, échanges et lectures…


Tout d’abord, un très bon billet écrit par Marie sur l’œil au Carré, et intitulé La veille, son métier et ses idées reçues. Car sans le détailler, Marie postule que la veille est un métier… Nous pourrions déjà débattre de cette question, mais ici, aujourd’hui, c’est parti pris, donc oui : la veille est un métier.

 

Alors qu’est-ce qui peut bien (me) faire douter que cette vision métier de la veille et de la recherche d’informations n’est pas accepter de la même manière par tout le monde (en tout cas les personnes qui ont recours à de la veille) ?!

 

 

La veille une simple compétence ?


 

Ah le web… Devenu indispensable pour certaines organisations, il n’en reste pas moins un territoire de communication, marketing ou autre, complexe à appréhender. Complexe car sans cesse en changement, complexe car des millions d’émetteurs diffusent de l’information à chaque seconde. Et qui dit information croissante dit difficulté d’accès et nécessité de collecter et qualifier de manière fiable cette information.


Mais le web est magique, ne cessons pas de le rappeler… Car sur le web il y a des outils pour collecter l’information… Il y a même beaucoup d’outils ! Et c’est là que le premier « problème »  se pose.


Ce n’est pas parce que vous avez accès à des outils qui collectent de l’information que vous ferez une collecte ou une veille fiable. Frédéric le soulignait dans son article à charge contre la curation : les nouveaux usages tendent vers la multiplication des informations, la reproduction à l’identique des mêmes contenus, posant ainsi de nombreuses questions : qu’elle est la source originale ? L’information est-elle fiable ? Comment l’intégrer dans une prise de décisions ? Etc.


« Oui mais il y a des supers outils clés en main avec des reporting tout faits ! En plus ils fournissent des zolies graphiques »… Certes. Mais d’une part ces outils sont vite limités, et d’autre part ne pas comprendre au minimum comment fonctionne ce type d’outils (sélection des panels, capacité de crawling, etc.) montre là aussi vite ces limites. Et au niveau du gratuit, comme le souligne Christophe, il parait inquiétant de se reposer seulement sur Google. Google, aussi bon soit-il, n’est pas pour autant l’outil magique qui va vous permettre de fouiller en profondeur le web…


Et ce n’est toujours pas un outil qui va vous permettre d’intégrer ce genre de problématiques à votre stratégie, ce n’est pas un outil qui va vous permettre d’acquérir certains réflexes, certaines pratiques de lecture, d’analyse, de mise en doute des informations collectées…


 

Seulement voilà, il suffit de lire certaines offres d’emplois pour tomber sur les poncifs du type (je cite ici de vraies offres) :


==> « [Vous] Faites un suivi et une veille online des sites auprès de nos clients »


==> « Surveillance des dernière tendances sur le web »


==> « Production de rapports de veille pour nos clients »


Rien d’étonnant me direz-vous… Pour moi si, car ces offres sont des postes de community manager ou communicant ! Autrement dit, en plus de savoir communiquer, créer des sites, faire des reporting, etc., on demande aussi à la même personne d’établir des stratégies de veille.

 

Tout le monde sait que pour travailler dans le web il faut être un couteau suisse numérique, mais je m’interroge sérieusement sur la qualité des résultats fournis par une personne qui, en plus d’un métier à plein temps (gérer une communauté, définir des stratégies de communication), doit établir une stratégie de veille efficace.


Qui plus est lorsque cette personne n’a pas été formées à la veille et à la recherche d’information, ou tout du moins qu’elle n’en a qu’une pratique personnelle (demande-t-on à un conducteur de scooter de faire le Paris-Dakar juste parce qu’il conduit bien son deux-roues ?). Le constat est donc là : la veille devient de plus en plus une compétence comme les autres, un « curator » tweetant de manière active pouvant fournir des informations fiables et fouillées pour prendre des décisions stratégiques (c’est bien connu)… Au pire, il y a l’outil magique !


 

La veille est déjà un ensemble de compétences


Faire de la veille ne se résume donc pas à analyser les statistiques de sa page Facebook, ou mettre un flux RSS sur Twitter (je caricature ?).  Pour arriver à un résultat fiable (ie qui permet une prise de décisions effective) il faut pouvoir appréhender un ensemble de moyens méthodologiques et techniques. En voici quelque uns (liste non-exhaustive) :


==> Définir les objectifs de sa veille


==> Mettre en place un plan de veille

 

==> Connaitre et pratiquer les outils gratuits et payants (ne pas se limiter à la dernière solution à la mode)


==> Savoir « bidouiller » avec les flux RSS ou autre… Ou tout du moins, exploiter à fond les outils à disposition


==> Pouvoir qualifier ses sources

 

==> Appréhender la théorie des graphs et les outils qui l’accompagnent


==> Appréhender les différentes méthodes d’analyse de l’information (voir même pour l’e-réputation l’analyse lexicale et sémantique)


==> Penser à la diffusion et à son acceptation dans l’organisation


==> Connaissance des pratiques documentaires pour l’indexation et la mise à disposition des résultats


==> Connaitre un minimum le droit de l’information


==> Des qualités humaines : curiosité, éthique, remise en question, appréhension du web et de ses usages, culture de l’information…

 

Bref, comme tout métier la pratique et l’exploration des multitudes de possibilités existantes pour collecter et analyser les informations présentent sur le web (et ailleurs) ne se font pas en quelques semaines… Sans devoir être passionné, il faut tout de même prendre en compte l’ensemble des compétences à acquérir ou appréhender pour proposer à un décideur des résultats fiables.

 

 

Au final...


 

Les community managers se demandent parfois si le simple fait de tenir un blog et d’avoir un compte Twitter est suffisant pour faire un CM efficace ?... La question est donc posée pour la veille !

 

Pas d’élitisme cependant dans cet article (ou alors un peu au début pour vous faire réagir). Soyons bien d’accord : les compétences nécessaires à la veille peuvent être acquises par n’importe qui (s’il s’en donne la peine bien entendu) ! Je suis d’ailleurs le premier sur ce blog à essayer de fournir des trucs et astuces et des outils pouvant permettre de se lancer dans une veille sans pour autant se définir comme un « veilleur ».


J’aurais donc dû intituler ce billet : la veille est un métier, et non pas JUSTE une compétence…


De mon expérience personnelle, je voyais moi aussi tout d’abord la veille comme une compétence en plus, un  « truc » nécessaire pour préparer des stratégies efficaces. Au-delà du fait que je me suis passionné pour le sujet (ce blog m’y aidant beaucoup), je me suis vite aperçu que le minimum requis pour mettre en place une stratégie de veille qui tient la route était loin d’être acquis par la plupart des professionnels du web. Et qui plus est, de professionnels vendant des prestations de veille.

 

Tout comme l’ensemble des métiers liés au web, les articles se multiplient sur la veille, se concentrant majoritairement sur les outils. Tout comme de nombreux métiers liés au web, la veille est face à un réel défit d’adaptation pour ses professionnels. Mais comme tous les métiers liés au web, un veilleur est un élément central dans la mise en place d’une stratégie. Que vous soyez recruteur, community curator ou autre, questionnez-vous bien sur l’importance d’avoir à vos côtés une personne qui pense son métier, qui le pratique à fond, et qui ne se contente pas de lire des graphiques et lancer des requêtes sur des méta-moteurs.

 

Le débat est ouvert…

 

 

Et vous, pensez-vous que la veille est juste une compétence en plus des travailleurs du web ? Ou un métier à plein temps ?!

 

Partager cet article

Published by Camille A - dans Rayon Etonnement
commenter cet article

commentaires

axel 09/09/2011 16:56


C'est un métier certes mais devenu de plus en plus facile grâce à google et autres outils de recherche. Sans parler des nouvelles générations qui sont nées avec la recherche dans le sang.


Jean Baptiste ML 22/04/2011 17:17


@Camille A @Stéphanie @Marie, j'espère vraiment que ce projet d'article aboutira, la sensibilisation à la veille est une démarche importante. Je le vois actuellement dans l'entreprise où je fais
mon stage et je suis certain que vos expériences à ce sujet me seront d'une grande utilité :)
Bonne continuation à vous trois.


Ray Dacteur 20/04/2011 19:28


C'est bien gentil le "vous faites mal votre veille" alors que je soulignais juste que quitte a en faire son métier , il faut le faire bien. De quel droit vous insinuez que je n'ai qu'une Google
alerte, etc ?
Bref, j'ai eu tort de mettre mon grain de sel ici ... Et je ne reviendrai pas.


Camille A 20/04/2011 22:40



Vous avez "insinuez" que mon travail ne sert à rien, en soulignant que c'était pour de la #provocinside (sic). Le titre de ce billet est aussi volontairment provocateur par ailleurs (la
conclusion étant plus tempérée, enfin j'ai essayé)...


Je me suis donc amusé, pour une "#provocbis" (soit une provocation en réponse à votre provocation), à insinuer que vous faisiez "mal votre travail" (vous avez de la chance, le miens est "inutile"
:-)).


 


Désolé si cela vous a paru trop agressif, et d'avoir surement mal interprété vos propos, mais dommage de voir aussi votre réaction si sèche (mais bon chacun sa vision de la provocation et du 2nd
degré... ou pas)...


Evitons la "#provoc" la prochaine fois (ici ou ailleurs), ça permettra peut-être de mieux se comprendre...


 


 



Ray Dacteur 20/04/2011 13:21


Étonnante cette opposition. Il y a évidemment des tas de métiers qui ont besoin de la compétence veille, je ne citerai que responsable produit, marketing, intranet en ce qui me concerne. Et la
veille n'est pas notre métier mais une composante importante.
D'autre part je connais peu d'entreprise ayant les moyens de se 'payer' un poste de veilleur à temps complet. Bon courage donc aux postulants, c'est peut être un métier si on veut le faire bien et
ne faire que ça mais pour moi c'est un luxe ... Inutile (#provocinside)


Camille A 20/04/2011 14:10



L'opposition en elle-même n'a pour objectif, bien évidemment, que d'attirer l'attention... Au final il s'agit aussi d'une compétence... Bref je le dis dans l'article, pas envie de le répéter
encore!


 


Amusant car il y a une trentaine d'années, se "payer" un marketeur était aussi du luxe (et entre nous, faire un plan marketing, que ce soit pour du saucisson ou du high tech, pas de grandes
différences, et pas d'évolutions notables depuis 30 ans #provocbis).


 


J'aime : "c'est peut être un métier si on veut le faire bien"... Je plains vos patrons car cela signigfie que vous faites "mal" votre veille (un google alerte, un compte twitter et en voiture
Simone #provocter) ?! C'est comme pour tout : investir pour avoir de la qualité à long terme, ou prendre deux bouts de ficelles, un salariés qui à un compte Facebook et le parachuter "marketing
digital monitoring adviser" (ou un truc du style)...


 


Développer des compétences en veille n'est plus une option mais une quasi nécessité lorsqu'on travail sur le web! Après tout dépend des ambitions (et des moyens bien entendu) dont on dispose pour
investir dans cette activité...


 


En tout cas merci pour cette petite provocation Cela démontre qu'en effet, on ne peut pas opposer deux visions aussi
radicales, au risque de verser dans l'élitisme corporatiste, et créer des réaction hermétiques. Mais quand on aime son métier, que voulez-vous...


 


Aller je vous laisse répondre aux miennes (de #provocs)



dcousquer 20/04/2011 10:56


On peut passer par une analogie avec la comptabilité : il faut un comptable dans une entreprise d'une certaine taille, mais que penserait-on d'un chef d'entreprise qui ne saurait pas ce qu'est un
amortissement ? Si la veille a un avenir, elle devra s'imposer à la fois comme métier à part entière, mais aussi comme compétence.
Non ?


Camille A 20/04/2011 13:56



Comme dit dans le billet : "la veille est un métier, et pas JUSTE une compétence"... Mais s'en est une aussi.


Pour continuer sur l'analogie de la comptabilité : le chef d'entreprise peut (doit) connaitre un minimum de langage technique... Mais le jour où il a un contrôle fiscale, ou plus généralement
pour ses bilans, il passe par généralement un expert comptable...


Tout est une question (de mon point de vue) de l'importance que l'on concéde à l'activité de veille (ou comptable, ou autre).


 


Merci pour votre commentaire !



Le nouveau blog!

Le nouveau blog : cadderep.hypotheses.org

 

Rechercher

Gazouillis