Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 16:02

S-approprier-le-concept.jpgComme chaque année, CaddE-Réputation vous propose un petit retour sur l’année 2011 avec la sélection de quelques articles qui résument bien certains des enjeux liés aux pratiques de la gestion de la réputation en ligne. De quoi commencer l’année sur de bonnes bases !

 

 

 

 

 

 

Si les éditions précédentes des bilans (2009 et 2010) étaient très chargées en liens (plus de 90 à chaque fois), j’ai décidé cette année, au contraire, de réduire un peu la sélection. D’une part car j’ai réalisé un exercice similaire en milieu d’année, et d’autre part car aujourd’hui, sur le web, la sélection et la synthèse devient un exercice de plus en plus difficile.

 

 

Voici donc les articles qui résument certaines problématiques de 2011.


A savoir :


==> La nécessaire prise de recul sur ce sujet de l’e-réputation


==> La question de la mesure, illustrée notamment cette année par les débats sur Klout


==> La veille, indissociable de la gestion de la réputation en ligne


==> Le marché de l’e-réputation, qui se structure, se développe, se normalise


==> Trois livres, l’e-réputation devenant en 2011 un sujet « éditable »


 

Pas de recherche d’exhaustivité donc, mais bien une sélection que vous pourrez parcourir rapidement et qui apporte de réelles réflexions sur le sujet (tout du moins qui essaye ). Et comme tout blogueur qui se respecte, vous trouverez bien évidemment des articles publiés ici.

Bonne lecture !


 

Définitions, prise de recul, démystification


Si le terme « e-réputation » est devenu presque commun sur le web, et encore plus pour les organisations, ce n’est pas pour autant qu’il faille s’arrêter en si bon chemin. Et ne pas réfléchir à certains écueils déjà perceptibles.

 

==> L’e-réputation expliquée à ma mère : approche didactique et non-alarmiste intéressante.


==> La mauvaise e-réputation : une prise de recul toujours nécessaire sur l’identité numérique et la peur de voir sa réputation ternie… Et si nous étions volontairement un peu plus insouciants ?


==> 27 questions pour penser sa stratégie d'e-réputation : pour bien commencer, se poser les bonnes questions !


==>Pourquoi les avis négatifs ont-ils un impact positif sur les ventes et E-réputation de l’intérêt des avis négatifs et de la critique: contrairement à ce que l’on pourrait penser, les avis négatifs ne le sont pas autant qu’on le pense… A quand la fin de l’analyse uniquement sémantique ?


==> Comment définitivement pourrir la réputation de quelqu’un pour 5€ : cet article s’inscrit dans la prise de recul car il parait intéressant de souligner que, pour seulement 5€, on peut « pourrir » la réputation d’une personne… D’où la nécessité d’être actif pour éviter les détournements !


==> Mythes et légendes de l’e-réputation : tout est dans le titre !


==> E-réputation et idées reçues : 20 articles pour vos vacances : un résumé de milieu d’année avec une vingtaine de ressources sur cetet question de la démystification…


==> Médias Sociaux : la communication appartient-elle encore aux communicants ? : très bons questionnements sur la place du communicant et son rôle dans les échanges sur les médias dit sociaux.

 

 

Mesure : Klout, influence et autres indicateurs


Ah l’influence, la notoriété, la visibilité… Si 2011 n’a pas dérogé à la règle des concepts prêt à penser et vendeurs, cette année à cependant permis des réflexions utiles sur la mesure de la réputation. De Klout à Wikio en passant par Kred, la question des indicateurs de mesure est toujours d’actualité.

 

==> Réputation, influence et monétisation : peut-on (et doit-on) monétiser la réputation ? Si la réputation est une forme d’évaluation, peut-on s’en servir pour rétribuer ou monétiser des services ?...


==> 2011 l’odyssée d’une influence web versatile : bon résumé sur le concept d’influence et son utilisation à tout va sur le web. A lire avec  L’influence sur le web expliquée à ma grand-mère


==> Pourquoi mesure-t-on la notoriété sur le web mais rarement la réputation ? : notoriété, concept opératoire, VS réputation, concept interprétatif.


==> E-réputation : quels indicateurs de mesure ? : petit tour des indicateurs existant, de leurs limites, et de la nécessité de définir des objectifs pour mesurer la performance d’une action de gestion de l’e-réputation.


==> L’ultimate ranking top 100 des influenceurs de la mort : parce que fabriquer un outil de mesure ce n’est pas bien compliquer… Mais alors qu’en faire ensuite ?


==> Occupy Klout, les indignés du Klout : Klout, buzzword de 2011 ou outil sérieux ? Encore de nombreuses questions à son sujet…

 

 

Veille, outils et plates-formes


Parce que la veille est essentielle à l’e-réputation, et qu’elle dépend des plates-formes et repose sur des outils, voici une sélection d’articles sur le sujet.


Veille


==> Livre blanc collaboratif sur la veille : que dire… LE livre blanc sur la veille en 2011, avec une quarantaine de participants. Bref, si vous ne l’avez pas lu : foncez


==> Mettre en place la veille de votre e-réputation : une approche basique mais qui a le mérite de rappeler certains éléments essentiels de la mise en place d’une stratégie de veille.


==> Big Data : la nécessité d’un débat : le web se caractérise par ses grands chiffres et ses Big Datas. Mais au-delà du côté attrayant des outils, de leur traitement massif des données utilisateurs, il parait nécessaire de se questionner sur les méthodologies de traitement de ces données.


==> La veille est un métier, pas une compétence… : ou plutôt pas juste une compétence ! A lire avec Evolution du métier de veilleur et de ses compétences

 

==> Le réveil de la veille : prendre soin plutôt que de surveiller :  et si plutôt que surveiller sans intervenir, la veille en 2011-2012 s’axait un peu plus sur l’échange avec « ses sources » de veille ? A lire avec  Vers une veille en réseaux : de l’algorithme aux filtres humains ?

 

==> Vers une sanctuarisation du search ? : ou comment les possibilités de recherches sur les moteurs s’amenuisent.

 

 

Outils


==> Une veille de qualité à partir d'outils gratuits est-elle possible? Et si oui, comment? : question toujours intéressante tant l’utilisation des outils gratuits est courante en veille.


==> Google sort un outil vous permettant de gérer votre e-réputation : tout est dans le titre… A force de ne voir l’e-réputation que sous le prisme de Google, que se passera –t-il (pour les éditeurs) le jour où ils sortiront un outil professionnel de veille ?...

 

 

Plates-formes


==> Du branding aux kikoo tweets, où va la démocratisation de Twitter ? : N’avez pas remarqué que MPokora squat de plus en plus votre timeline ?! Quels impacts possibles de ce développement de Twitter et de l’arrivée de nouveaux utilisateurs ?!


==> Quels usages possibles de Google+ pour les entreprises ? : Google+, nouvelle plate-forme incontournable en 2011, et encore plus pour 2012 ?

 

 

La curation


2011 a été l’année de la curation… Buzzword ou non, ces pratiques s’approchent de la veille…

 

Alors : Curator = veilleur ? Ou à l’inverse, la curation c’est de la merde ?... Des questions plus larges à se poser de mon point de vue !

 

 

Marché de l’e-réputation

 

L’e-réputation est clairement passée en 2011, du côté des prestataires, d’une phase plutôt artisanale à des pratiques industrielles… Si cela peut paraitre bon pour le business, il n’empêche que cette industrialisation pose des questions quant à l’éthique de certaines pratiques et surtout à l’évolution même de ces pratiques : où est l’innovation si chacun ne vise que les résultats rapides ?


==> L’industrie de la réputation : où l’on parle d’industries de la réputation, de commensuration et de questions larges sur cette nouvelle industrie de la réputation.


==> La réputation n’a pas de prix, sauf pour votre prestataire : si un prestataire peut aujourd’hui chiffrer votre e-réputation c’est tout simplement parce qu’il a mis en place des processus qu’il peut évaluer en termes de bénéfices… En bref, des processus industriels !


==> La carte et le territoire de la réputation : Dans la continuité des 2 billets précédents, une réflexion sur la possible cartographie des agences d’e-réputation en France, et plus largement (à un niveau plus macro) des relations entre ces agences et les industries culturelles et de réputation.


==> E-réputation, industrie ou artisanat ? : plus centré sur le métier de gestionnaire d’e-réputation, cet article soulève certaines interrogations liées au développement du marché de la réputation…


==> Une assurance pas tout risque pour protéger votre e-réputation : Car qui dit industrialisation, dit offres packagées… Et tentatives pour gagner (plus) d’argent sur le dos de l’incompréhension…


==> Les Twittos sponsorisés sont-ils des vendus sans scrupules ? : dans la lignée de l’industrialisation du web : les internautes, nouveaux prolétaires ?!... Un billet d’humeur un peu violent mais qui soulève de vraies questions sur certaines pratiques.


 

Livres


L’e-réputation devient un sujet au-delà du web. Si 2010 a amené les « médias traditionnels » à s’intéresser à ce concept et ses enjeux, 2011 est l’année où l’édition s’est lancée dans l’e-réputation. L’année dernière plusieurs ouvrages sont donc sortis sur l’e-réputation et l’identité numérique. 3 ont retenus mon attention :


==>Bien gérer sa réputation sur Internet, E-réputation personnelle : mode d'emploi d’Anthony Babkine, Mounira Hamdi et Nabila Moumen : ouvrage didactique pour commencer à s’intéresser au concept et plus particulièrement à la gestion de l’identité numérique (et auquel j’ai participé).


==>Identité numérique et e-réputation :  là-aussi un ouvrage didactique pour aborder le concept simplement. Avec de plus certaines interrogations informationnelles propres à Olivier Ertzscheid, et surtout une auto-production universitaire !


==>E-réputation : Stratégies d’influence sur Internet :  Ce livre d’Edouard Fillias et d’Alexandre Villeneuve est orienté entreprise et propose surtout une belle vue d’ensemble du sujet, avec de nombreux cas d’écoles et apports pragmatiques. Un bon résumé du concept en 2011, à lire pour approfondir sa vision du sujet.


 

Sur ce, je vous laisse avec 40 liens pour vous remémorer l’année 2011 et bien commencer l’année 2012. Ne pouvant pas tout repérer et lire (et avec encore beaucoup de stocks), n’hésitez pas à proposer d’autres billets en commentaires !

 

Je vous souhaite une belle et heureuse année 2012 emplie de réussites dans vos projets personnels et professionnels !

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 13:25

Si vous vous intéressez à l’e-réputation, et à la gestion de l’information en général, difficile de passer à côté du concept d’intelligence économique. Souvent remise en question il n’en reste pas moins que l’IE recouvre de nombreuses pratiques nécessaires à la mise en place de stratégies informationnelles. Que vous soyez chercheur, étudiant ou professionnel dans le domaine (très large) de l’information (veille, documentation, web, etc.) voici deux ouvrages, ainsi que deux appels à communication (dont un pour un colloque international plus accès SIC) pouvant attirer votre attention et attiser votre intérêt pour ces questions d’information stratégique.


 

A noter que ces deux ouvrages, et ces deux appels à communiquer, sont des « productions » labellisées ICOMTEC . Je ne peux donc que les relayer ici, pas par corporatisme (en tant qu’ancien étudiant et actuel intervenant), mais bien car ces deux ouvrages m’ont réellement intéressés, et les thématiques des appels me semblent pertinentes.


 

La boite à outils de l’intelligence économique

 

 

Cet ouvrage dirigé par Christophe Deschamps et Nicolas Moinet vise un objectif simple : proposer des fiches pratiques recensant des « outils » (au sens large du terme) liés à l’intelligence économique. De les présenter de manière accessible, avec des cas concrets et des trucs et astuces pour les mettre en place.


Ces outils vont  des techniques de collecte et d’analyse de l’information (moteur de recherche, sources humaines, audit informationnel), en passant par le management des connaissances (GED, communauté de pratiques) jusqu’à l’influence (communication de crise, lobbying). Pour ma part j’ai rédigé une fiche sur la qualification des sources sur le web, ainsi que…l’e-réputation.


Un ouvrage qui, contrairement à certains sur le sujet, n’est pas indigeste (j’entends par là, qui ne tourne pas autour du pot et propose des méthodes applicables et concrètes) et fait appel à de nombreux spécialistes du domaine, que ce soit des professionnels ou des chercheurs.

 

Pour plus de détails sur les participants, je vous invite à lire l’article d’Outils Froids sur le sujet.

 

Et pour vous donner une idée de ce à quoi ressemblent les fiches, voire ci-dessous quelques exemples :


La boîte à outils de l'Intelligence Economique


Bref, une idée de cadeau à ajouter à votre caddie de noël ?!

 

 

Intelligence économique : mythes et réalités

 

Mythes-et-realite-IE.gifPublié par CNRS Editions, cet ouvrage de Nicolas Moinet est le condensé de près de 15 ans de recherches sur le sujet. Mais au-delà d’un simple inventaire il apporte un regard critique sur le sujet, donc rafraichissant (de mon point de vue) tant certains débats tournent en rond sur le sujet.


Et, surtout, ce livre élargie le concept d’intelligence économique, ne s’arrêtant pas sur une énième définition du concept ou sur la présentation de cas abstraits, mais connectant l’IE à des problématiques plus larges (quelles soient épistémologiques ou de société).


Sans faire l’inventaire complet de l’ouvrage, j’ai pour ma part pris plaisir à lire :


==> La remise en question et la critique (sous l’angle des SIC) du cycle du renseignement, si central en intelligence économique mais rarement remis en question


==> La mise en avant de l’intérêt de l’IE dans l’appréhension des connaissances (connait-sens, co-naissance et connaissances actionnables) nécessaires à la prise de décision notamment


==> La problématique centrale de la communication dans les problématiques de gestion de l’information. Au-delà du schisme souvent présent dans les sciences de l’information-communication, il parait nécessaire de penser la communication (comme dirait un certain Dominique W) dans les activités basées sur le traitement informationnel et visant à générer de la connaissance.


En résumé, un livre clairement orienté recherche (et que je conseille d’ailleurs aux doctorants s’intéressant au sujet), mais qui mériterait d’être lu aussi par les professionnels souhaitant prendre du recul sur leurs activités opérationnelles.


A noter pour celles et ceux qui souhaitent une vision plus didactique du concept d’IE que Nicolas Moinet et Christian Marcon viennent de sortir une deuxième édition de leur topos sur l’intelligence économique.


 

Appel à communication : information, incertitudes, intelligences


 

Le 4eme Colloque Spécialisé en Sciences de l’Information (COSSI) aura lieu à Poitiers les 19 et 20 juin 2012.


Avec Christophe Deschamps nous avions participé l’année dernière (au canada) à la troisième édition. Un colloque où les échanges furent nombreux et intéressants et qui, étant donné la thématique proposée, ne pourront que l’être encore l’année prochaine. Cette année, ce colloque revêt un aspect international, et il est donc organisé par l’ICOMTEC.


Les contributions attendues traiteront du thème suivant :


==> L’intelligence de l’acte de communication : réalités et pertinence de la communication en réseau; intégration de l’incertitude et la turbulence dans le processus de communication…


==> L’intelligence du document numérique : problématiques actuelles en records management – supports classiques versus supports multimédias, cycle du document, normes et pratiques, outils, gestion de patrimoine numérique, protection de la vie privée face au chaos de la perte de connaissances…


==> L’intelligence de l’aide à la décision en incertitude : approches de veille stratégique et intelligence compétitive – méthodologie, cycle de l’information, fonctions et services, management, formation et compétences, culture de l’information, prospective, tendances…


==> L’intelligence du capital organisationnel : démarches de knowledge management – propriété intellectuelle et industrielle, transmission de savoir, fracture numérique et développement économique, l’information comme vecteur d’innovation…

 

Pour plus d’informations, l’appel à communication se trouve ici.

 

A noter que ce colloque est ouvert aux professionnels, ce qui de mon point de vue ne fait qu’enrichir les échanges et les angles d’approche des problématiques traitées.

 

 

 

Article pour la revue R2IE : Intelligence économique, la voie de la stratégie réseau


 

La Revue Internationale d’Intelligence Economique (R2IE) propose un numéro, dirigé par Christian Marcon, sur la stratégie réseau.


Les thèmes proposés sont :


==> angle managérial : pilotage de réseau ; conditions d’une activation opérationnelle ; éthique ; méthodologies de l’action en réseau…


==> angle info-communicationnel : place de l’information dans l’action en réseau ; place des mécanismes de communication éclairés par la psychosociologie ; conséquences du développement des réseaux dits « sociaux » sur la communication en réseau et l’action des réseaux d’intelligence économique ; dimensions culturelles dans la communication en réseau d’intelligence économique…


==> angle stratégique : stratégies d’influence ; mécanismes internes de stratégie-réseau ; caractérisation du champ d’action réticulaire ; contribution de stratégies-réseaux à l’anticipation, à des démarches proactives ; réseaux d’intelligence territoriale…


==> angle épistémologique : choix épistémologiques dans le traitement de problématiques de réseaux ; courants d’exploration scientifique des réseaux ; survey de littérature ; apports et limites de la transdisciplinarité…


Le texte de l’appel se trouve ici, et il est aussi ouvert aux praticiens.

 

 

Au final, de quoi occuper vos congés de fin d’année, que ce soit par des (saines) lectures, ou le développement de réflexions sur des thématiques proches de vos problématiques professionnelles ou de recherche.

 

 

 

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 13:17

Veille-super-heros.jpgLa veille devient-elle un métier de super héros (de l'information) ? Mardi 18 octobre j’ai participé à Cogito Expo à Strasbourg. Il m’était demandé de présenter les évolutions du métier de veilleur ainsi que, à l’avenir, les possibles compétences qui seront liées à ce métier. Voici ci-dessous ma présentation.

 

Difficile de faire de la prospective… Cependant, la présentation ci-dessous s’intéresse à l’impact du web sur les pratiques de la veille. Sans oublier de rappeler que de nombreuses compétences actuellement (et de tout temps) demandées aux veilleurs ne se voient pas modifiées par le web, mais au contraire renforcées.


Le sous-titre de cette présentation est : « La veille un métier de super héros (de l’information) ? ». Car en listant les compétences actuellement demandées aux veilleurs, et celles qu’on leurs demandera à l’avenir, on peut réellement se demander si ce métier ne va pas petit à petit fragmenter nettement ses pratiques… ou donner naissance à des supers couteaux suisses de l’information digitale ?...


Je reviens aussi sur le fait que la veille est aujourd’hui un métier, mais aussi une compétence nécessaire à de nombreux autres métiers.

 

Bref, à vous de vous faire une idée, de mon contredire ou de souligner certains aspects qui m’auraient échappés.

 

Bonne lecture


 

L’évolution du métier de veilleur


 

Au passage, un grand bravo et merci à l’équipe Cogito Expo !! Ce salon démontre encore une fois que l’on peut (doit parfois) sortir de Paris pour participer à des échanges dont la valeur est souvent plus élevée que les (éternels et de plus en plus similaires) salons parisiens…


 

Et pour vous, quelles sont les compétences actuelles ou futures que doivent posséder les veilleurs ?!

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 18:57

Mythes-ereputation.jpgJeudi j’ai eu l’occasion de donner une conférence sur l’e-réputation, dans le cadre d’une formation continue organisée par les ministères de l’éducation et de l’intérieur (avec notamment  Dominique Cardon, une « personne » de la DCRI ou encore l’association e-enfance). Plutôt que de faire une énième conférence sur « c’est quoi l’e-réputation ? », j’ai décidé d’aborder certains mythes souvent associés à la réputation en ligne. Ci-dessous les slides de présentation.

 

Car si l’e-réputation est un concept (très) récent, sa médiatisation, son appropriation  par des entreprises voulant générer du business, ou tout simplement certaines idées reçues, font qu’il est toujours intéressant de proposer une prise de recul.

 

En l’occurrence, j’aborde ici : la « peur » liée à l’e-réputation (moins on connaît plus c’est anxiogène et donc plus on vend), le nettoyage du web, l’idée de représentativité ou encore l’influence supposée du web…

 

Certaines de ces diapos ont été reprises d’une précédente conférence sur les indicateurs de mesure de l’e-réputation (l’un n’allant pas sans l’autre en l’occurrence, la « démystification » étant valable dans les deux cas).

 

Comme d’habitude, n’hésitez pas si vous avez des questions ! Une présentation sans les commentaires qui l'accompagent perdant souvent en valeur...

 

Bonne lecture 

 

 

Mythes et légendes de l’e-réputation

 

 

 

Et pour vous, quels sont les mythes et légendes liées à l’e-réputation ?!

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 16:38

E-reputation-Vacances.jpgQuoi de mieux que des vacances bien méritées pour faire le point sur le premier semestre 2011 de l’e-réputation ?! Voici donc comme l’année dernière une sélection des articles traitant de l’e-réputation, publiés depuis le début de l’année sur le web, et qui méritent que l’on y (re)porte attention. A la mer, à la montagne ou à la ville, voici 20 articles pour continuer vos réflexions durant le mois d’août.

 

 

 

 

 

 

 

Notons que l’accent a été mis sur les articles « démystificateurs »… En effet, après plus de3-4 ans de développement intensif du concept de réputation en ligne, et surtout du business associé, il est toujours nécessaire de souligner ce qui peut paraitre inutile, voir néfaste à la mise en place de stratégies de gestion de la réputation en ligne. Et comme Google annonce plus de 30000 articles de blogs mentionnant le terme « e-réputation » pour 2011, il était nécessaire d’y placer un filtre de sélection.


Et si d’habitude les best-of de ce blog se focalisent sur des aspects pragmatiques (mise en place d’une stratégie, trucs et astuces, outils, etc.) il est intéressant de s’arrêter un peu sur des réflexions qui vont au-delà de l’opérationnel. A noter que quelques articles présentés ici ont tout de même une visée explicative.


 

Bonne(s) lecture(s)

 


 

==> Les 10 arnaques de la e-réputation : Très bon power point de Linkfluence sur les poncifs de certaines agences en e-réputation, ainsi que de certains points dont vous devriez vous méfier lorsque vous désirez engager un prestataire.

 


 

==> E-réputation : pas de fumée sans feu ? Bon billet sur la nécessité de prendre du recul sur certains discours liés à l’e-réputation, notamment sur les « nettoyeurs », et de surtout abandonner cette idée de contrôle qui est totalement illusoire sur le web…


 

 

==> Identité numérique, recrutement et marronniers : Tout comme l’e-réputation, et souvent associée à elle, l’identité numérique (et les questions liées au recrutement) est une thématiques où les marronniers s’enchainent et se ressemblent… Un petit point sur le sujet



 

==> Comment des entreprises françaises fabriquent et vendent des faux avis sur le Net : Enquêtes des Inrocks sur les sociétés d’e-réputation qui vendent des faux avis à leurs clients. Attention tout de même à « ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain » : si certaines agences ont peu (ou pas) de déontologie, et surtout proposent des actions à très court termes et risquées, toutes ne donnent pas dans ce type de business. A lire en complément : E-réputation : à quoi ça sert un faux commentaire ?

 


 

==> Faux profils : comment les créer et les détecter ? : Dans la lignée de l’article précédent, une interview (un poil déjantée) pour mieux comprendre les mécanismes de construction de faux profils…et ainsi les détecter et les gérer !


 


==> Dépasser la logique SEO en matière d’e-réputation  : Tout est dit dans le titre… A trop vouloir se focaliser sur la visibilité, on en oublie que les problématiques sont le plus souvent internes et intimement liées aux produits et services proposés.


 

 

==> Comment définitivement pourrir la e-réputation de quelqu’un pour 5€ : Un billet, dont je ne vous conseille bien entendu pas la mise en place, qui a le mérite de souligner que la visibilité sur le web est un élément « facilement » (une bonne technique derrière quand même) modifiable. La question qui peut venir ensuite est alors : une (e)réputation ne doit-elle reposer que sur la visibilité ?...

 

 

 

==> E-réputation & réseaux sociaux : jusqu’où iriez-vous pour agrandir votre communauté ? : De l’intérêt de ne pas courir derrière les volumes de fans et de ne pas penser au ROI avant de penser à ses objectifs.

 


 

==> Une veille de qualité à partir d'outils gratuits est-elle possible? Et si oui, comment? : Très bonne question tant les outils gratuits se développent sans cesse, et le recours aux outils payants n’est parfois pas une nécessité. Et que le débat est parfois vif…

 


 

==> E-réputation : le bon laboratoire, la brute Google et… le réseau social : Les études sur l’e-réputation des marques (généralement produites par des agences ou instituts de sondage) sont nombreuses. Cependant, si celles-ci peuvent être des indicateurs intéressant du marché, elles sont parfois vite limitées d’un point de vue méthodologique. Voici le décryptage pertinent de l’une d’entre-elles.

 


 

==> L’e-réputation expliquée à ma mère : Explications simples, et qui ici aussi insistent sur le fait qu’il ne faut pas avoir peur, et prendre du recul face à certaines situations. D’ailleurs, j’avais pour ma part expliqué l’influence sur le web à ma grand-mère !

 


 

==> Guide E-reputation, Etat des lieux et enjeux : Un guide intéressant qui à lui seul fait le point sur pas mal de choses. Quelques remarques et désaccords sur le fond, mais si vous deviez faire un résumer pertinent du concept d’e-réputation, lisez ce guide.

 


 

==> Cartographie des agences d’ e-réputation en France : Vision « heuristique » intéressante des différentes agences d’e-réputation en France. Pratique pour se faire une idée du business (et des centaines d’agences existantes).

 


 

==> Kit de survie du (bon) consultant en e-réputation : Car dans ce far-west du marché des agences d’e-réputation, être un bon consultant nécessite de bien connaitre ses fondamentaux. Suivez les conseils de Norbert !

 


 

==> Google+ : le point G du web social ? : Un peu hors-sujet, mais difficile de ne pas parler de  l’arrivée de Google+… Attendons la rentrée pour voir un peu mieux ce que ce réseau va apporter en terme de stratégies, d’e-réputation ou non. Pour l’instant, cet article vous donnera une vision intéressante (et réfléchie) de l’insertion possible de cet outil dans l’écosystème web.


 

 

Au final…


 

Un bon exemple de curation en somme (comme quoi ce n’est pas forcément que « de la merde ») Autre terme ayant d’ailleurs déjà fait très rapidement son chemin en 2011.

 

Petit message de service au passage : pour la première fois en 3 ans, CaddE-Réputation va faire une petite pause estivale  ! Le temps de se ressourcer (et surtout se reposer) un peu pour vous proposer des articles pertinents (ou qui se veulent ainsi) dès la rentrée.

 

 

Et vous : quels sont les articles que vous ajouteriez à cette liste ?!

 

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 12:11

Ebook VeilleAujourd’hui sort un livre blanc collaboratif dédié exclusivement à la veille et la recherche d’informations : plus de 15 auteurs accompagnés d’une quinzaine d’interviews de professionnels. Le tout coordonné par Flavien Chantrel, Anne-laure Raffestin, Terry Zimmer et moi-même. Avec pour objectifs de vous faire découvrir et approfondir certaines notions clés liées à la veille.

 

 

Sans vouloir faire la genèse de cet Ebook, qui a pris un certain retard et vous accompagnera donc pour vos vacances, voici rapidement ce qui a motivé sa création.


Tout d’abord un premier constat : s’il existe de nombreux livres blancs collaboratifs du même style (Twitter, identité numérique, e-réputation, etc.), il n’en existait pas encore dédiés à la veille. Ou tout du moins, des livres blancs qui ne sont pas dédiés ou organisés par une agence ou un éditeur de logiciels.


Ensuite, la veille est aujourd’hui inhérente à de nombreuses activités (du web ou pas), et il paraissait intéressant de proposer non-seulement des approches permettant de mieux se l’approprier, mais aussi des visions plus poussées sur certains de ses aspects.


Enfin, et vous le remarquerez en le lisant, ce livre blanc fait en grande partie abstraction des outils ! Nous aurions pu faire une énième liste des outils gratuits ou payants, ou vous expliquer comment faire une veille efficace avec Google Alertes en 5 étapes, mais le choix s’est porté sur des aspects plus méthodologiques.


Bien entendu nous n’avons pas la prétention de proposer une vue exhaustive du sujet, mais de se focaliser sur certains points qui, aux yeux des auteurs et des professionnels interviewés, semblaient intéressant à développer et analyser. N’hésitez pas si vous avez des propositions de sujets à creuser pour une possible nouvelle version (mais pas tout de suite hein ).

 

 

Bonne lecture !



 

Ebook : Regards croisés sur la veille

 



 

Un grand MERCI à tous les auteurs et professionnels qui ont participé à cet Ebook!  : 


Auteurs

 

Témoignages

 

Ainsi qu'à l'équipe Régions Job pour son travail (et Morgane pour le graphisme).


N’hésitez pas si vous avez des questions ?!

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 13:55

MesureLundi dernier j’ai eu l’occasion de donner une conférence au Reputation Day sur une thématique inhérente à la gestion de la réputation en ligne : les indicateurs et les formes de mesures. Plutôt que de faire un simple inventaire, j’ai axé ma présentation sur les biais et limites des indicateurs existants. Et sur la nécessité de définir des objectifs et in fine des indicateurs en adéquation avec son organisation…

 

Voici donc ma présentation, suivie de quelques remarques et commentaires sur ces slides (qui, rappelons-le, ne se suffisent pas à eux-mêmes).

 


 

 

 


 

Indicateurs et mesures de la réputation : apports et limites


 

Voici quelques commentaires sur cette présentation en fonction des slides qui méritent un éclaircissement, ainsi que les articles de ce blog auxquels elles se référent (cette présentation étant un agrégat de pas mal de réflexions menées ici).


 

==> Slide 2


La réputation est une perception qu’il est difficile (impossible ?) de « standardiser », et dont l’évaluation dépend totalement de l’image voulue par une organisation : cf Réputation, image de marque et notoriété : quelles significations ?


De plus, qui dit indicateur dit route à suivre, donc une direction et des objectifs clairement énoncés. Et qui dit mesure, dit une nécessaire unité et une possible comparaison.


 

==> Slide 3


Le web n’est pas le seul facteur qui peut influer sur la perception qu’un individu a d’un produit, d’un service ou d’une organisation. Le « e » devant « réputation » étant là pour souligner que ce sont certains facteurs informationnels liés au web qui impactent la perception…mais ne se suffisent pas à eux-mêmes pour définir la réputation d’une organisation.


Ce que j’expliquais d’ailleurs à ma grand-mère il n’y a pas longtemps.

 

 

==> Slide 6


Chacun développe donc ses propres indicateurs génériques (applicables à tous), et les unités et outils de mesures sont nombreux (liens entrants, volumes de retombées, etc.).


Première limite : la visibilité n’est pas le seul ou le plus grand facteur qui influence l’image, la réputation de votre organisation. Avec l’avènement du social search et le développement de plus en plus personnalisé des résultats des moteurs de recherche, difficile de définir ce que chacun peut voir pour une requête donnée.


De plus, un moteur de recherche agrège des données et, sauf manipulations,  si un résultat arrive en première page c’est qu’il a surement déjà été consulté, noté, commenté, etc. Donc, il est « déjà trop tard » (pour les plus paranoïaques d’entre vous)… Cf  Pourquoi je ne veux pas de vos indicateurs de mesure


 

==> Slide 7


Si vous n’êtes pas Coca-Cola ou Starbucks, difficile de trouver des points de repères évidents… La dernière slide de cette présentation propose quelques trucs et astuces pour mieux se positionner. En attendant il faut réfléchir à votre « charisme numérique ».


 

==> Slide 8


Généraliser les avis et discours d’internautes à l’ensemble de votre public cible est risqué… Et surtout complétement inutile ! Quand une petite minorité d’internautes s’expriment sur votre organisation, il faut les prendre comme tel et ne pas extrapoler au-delà des usages observables.

 

D’ailleurs, ne serait-il pas plus intéressant d’aller questionner directement ceux qui restent devant leur écran ?...


 

==> Slide 9


Ah, le contexte… Qui dit que les petites étoiles ou les « J’aime » ne sont pas ironiques, à contre-sens ou reliés directement à des codes communautaires ? Le cas présenté dans cette diapo est issu du billet : De l'utilité de la notation... ou pas !

 

 

==> Slide 10


Audience ou diffusion ? Visites ou propagation ? Et si la communication virale ne marchait que pour les geeks ?

 


==> Slide 14


Petit saut de diapo (les autres me semblent explicites, n’hésitez pas si vous avez des questions), jusqu’à la question de la « neutralité »…


Les internautes sont objectifs c’est bien connu… Leurs opinions ne sont pas descriptives, elles sont neutres…


Parmi les multiples définitions du terme « neutre », celle concernant les pays souligne qu’il s’agit d’Etats ne souhaitant pas s’impliquer dans un conflit. Alors, si un internaute répond à un commentaire, participe à des échanges, même si ce n’est que pour ajouter une information qu’il n’a pas lui-même produite, on peut difficilement parler de neutralité.


Ce qui est envisageable, de mon point de vue, c’est de considérer que par « neutre » on entend une information, un discours, qui n’apporte rien à l’organisation en termes d’évaluation de la perception ou d’orientation stratégique… Mais une « opinion neutre » est un oxymore !

 

 

==> Slide 15


Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les avis négatifs nécessitent d’être pris en compte au-delà des opinions qu’ils expriment.

 

 

==> Slide 16


Entre un « super j’adore » et un argumentaire de plusieurs lignes, l’un n’apportera pas la même valeur ajoutée que l’autre. L’un des biais des indicateurs qualitatifs est parfois de miser sur une trop grande capacité d’expression des internautes concernant un produit ou service. Au risque de s’apercevoir que les réseaux sociaux diminuent parfois l’argumentation (certain(e)s parlent de « kakonomics ») et facilitent la circulation de messages plats…


 

Voilà pour les détails et commentaires à ajouter à cette présentation. Bien entendu, n’hésitez pas si vous avez des questions.

 

 

Et vous, quels sont vos indicateurs et formes de mesures ? Comment les définissez-vous ?!

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 16:45

Le recrutement et la recherche d’emplois sur le web sont des sujets déjà fortement traités. Parfois de manière plutôt discutable d’ailleurs… Voici un nouvel E-book réalisé par des étudiants de l’IAE de Poitiers, et basé sur une expérience simple : partir de zéro, et utiliser les outils web à disposition pour trouver un stage.

 

L’idée de départ est simple : plutôt que de demander à des étudiants de collecter les X milles conseils existants sur le recrutement en ligne afin d’en faire une synthèse, pourquoi ne pas leur demander d’essayer par eux-mêmes de trouver un stage grâce (ou avec l’aide de) Twitter, Facebook, etc.

 

C’est ce qui a été proposé à 5 étudiants de niveau licence (bac +3) de l’IAE de Poitiers. Pour cela ils ont créé un profil fictif, lui ont développé un compte sur divers réseaux sociaux, puis ont pendant trois semaines essayé de capter des offres intéressantes dans leur secteur (finance/comptabilité), des mises en contact, etc.

 

L’un des résultats intéressant (parmi d’autres) de cette expérience est que, selon eux, l’outil le plus intéressant pour chercher un stage est… Twitter ! Ce qui démontre surtout, et on peut en débattre, que l’outil ne se réduit pas à sa finalité première mais bien à l’utilisation que l’on peut en faire, à la manière dont on l’insère dans une stratégie clairement définie.

 

Bref des conseils par et pour les étudiants, issus d’une expérience (courte) mais concrète. Un outil qui se veut parlant et facile d’accès pour des étudiants (non-geeks ), et qui permet, à mon sens, de ramener le débat de la recherche d’emploi dans la sphère du faisable et pas seulement du souhaitable.

 

Bonne lecture 

 

 

A noter que cette « expérience » a donné lieu à une conférence fort intéressante avec divers spécialistes de la question. Conférence dont les principaux échanges sont aussi dans cet e-book.

 

Bravo aux étudiants donc, et n’hésitez pas si vous avez des questions.

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 00:01

S-approprier-le-concept.jpg

2010 a été une année où le concept d'e-réputation est entré un peu plus dans les moeurs des organisations comme des individus : veille, stratégies, études de cas... Le web et ses auteurs ont encore été prolifiques sur le sujet, apportant certains éclairages nécessaires sur cette problématique. Afin de faire le point, et de commencer l'année sur de bonnes bases, voici une selection de 90 ressources sur la question.

 

L'e-réputation, néologisme recouvrant un ensemble de concepts, de méthodologies et d'outils, a été en 2010 un terme que l'on pourrait presque qualifié de « banalisé » sur le web (ou tout du moins en voie de stabilisation). Là où, en 2009, la plupart des écrits sur le sujet visaient à le définir, cette année aura servie à approfondir ce concept, à lui donner des bases solides pour son implantation dans les organisations.

 

Ce billet vise donc à vous proposer une selection d'articles, d'ici et d'ailleurs, avec pour objectif de vous donner une (humble) vue d'ensemble des productions 2010 les plus intéressantes sur le sujet de l'e-réputation.

 

Ces articles seront classés dans les « catégories » suivantes :

 

==> Définitions de l'e-réputation, concepts de base, et cas pratiques

==> Les remises en question du concept et des pratiques

==> Des stratégies, des approfondissements et des mesures de l'e-réputation

==> La veille : outils et méthodologies

==> Le community management

==> Des conférences et des livres blancs

 

 

 

Définitions de l'e-réputation, concepts de base et cas pratiques


 

Il faut parfois sortir « la tête du flux », prendre du recul, et s'apercevoir que l'idée même d'e-réputation n'est pas forcément encrée dans tous les esprits, et donc encore moins mise en pratique par les organisations. Les articles de sensibilisations, visant à synthétiser les « bonnes pratiques » et attirer l'attention sur les moins bonnes, sont donc toujours utiles. Le tout étant de ne pas tomber dans l'alarmisme ou la facilité...

 

==> Vers une e-réputation maîtrisée: cet article paru dans E-commerce Mag synthétise de manière claire et didactique les enjeux et pratiques essentielles de la gestion de la réputation en ligne. Mais rappelez vous : sur le web on ne maîtrise rien, on gère des flux...


 

==> Comment gérer son e-réputation : article faisant là aussi le tour du sujet, de manière claire et sans tomber dans une approche anxiogène parfois choisie par les journalistes.


 

==> E-réputation = objectif + levier stratégique + pratiques: la gestion de la réputation en ligne peut être vue à la fois comme un objectif à atteindre (une image voulue), un levier stratégique pouvant servir d'autres stratégies, ainsi qu'un ensemble de pratiques déjà formalisées auxquelles l'on peut se référer.


 

==> E-reputation : ce qu’il faut retenir, quelques ressources: article mettant à disposition un ensemble de ressources et de réflexions pour bien appréhender le concept (entreprises et individus).


 

==> Les origines de la e-Réputation: questionnement sur les fondements de « l'e-réputation ».


 

==> La gestion de l’e-Reputation ou Online Reputation Management: article présentant de manière synthétique et accessible les différentes question et grandes étapes nécessaire à une gestion efficace de sa réputation en ligne.


 

==> Qu’est-ce que: le Buzz, le Bad Buzz, l’Influence et l’e-reputation…Des exemples et des définitions « classiques », mais toujours utiles à rappeler...


 

==> E-réputation : 2 exemples à méditer: pour sortir un peu de Nestlé et autres Apple, voici deux cas révélant certaines mauvaises pratiques pouvant toucher n'importe quelles organisations.


 

==> 7 cas concrets d’utilisation de l’e-reputation au quotidien: tout est dans le tire, l'e-réputation ne doit pas être un mirage d'objectifs inatteignables !


 

==> The GAP: étude de cas d'une marque dépassée par sa communauté: bonne étude de cas relatant « l'affaire Gap », et tirant des enseignements à prendre en compte.

 

 

 

 

Les remises en question du concept et des pratiques


 

Du nettoyage aux faux commentaires en passant par la visibilité à tout prix, la gestion de la réputation en ligne induit des pratiques discutables qui, heureusement, sont souvent dénoncées par certains blogueurs/professionnels. Bien entendu, le bien, le mal, sont des concepts flous (et variant d'une organisation à l'autre)... La question à se poser est donc : ces pratiques sont-elles viables à long terme ? De plus : l'e-réputation, au final, simple terme marketing ou vrai concept ?

 

==> E-réputation : à quoi ça sert un faux commentaire ?: sur le long terme, à pas grand chose, mais au vue de certaines pratiques la question peut être posée.


 

==> Les nettoyeurs du web sont nos amis... ou pas : comme certains article le soulignent ici, , par ici, ou encore ...


 

==> La E-reputation des entreprises n’est que la partie émergée d’un gros iceberg: ce concept n'est pas réducteur et peut englober de nombreux aspects (comme l'idée de « marque employeur » par exemple).


 

==> L'e-reputation ou comment donner de la respectabilité à une activité hors éthique: des constats toujours intéressants à poser...


 

==> De l’e-reputation et du saucisson: l'e-réputation, un ensemble de pratiques et un business en plein essort... Mais doit-on pour autant les déconnecter du « réel » ?!


 

==> Le mythe de la e-reputation et les cendres du volcan :une remise en question de la terminologie et de l'idée même d'e-réputation, toujours utile pour nourrir ses reflexions.


 

 

Des stratégies, des approfondissements et des mesures de l'e-réputation


 

Conrairement à 2009, les productions bloguesques de 2010 concernant l'e-réputation se seront moins centrées sur les stratégies à mettre en place. Une sorte de consensus (discutable) se retrouve un peu partout : une stratégie passe par de la veille, la mise en place d'actions (souvent du community management), et enfin la mesure de ces actions (très très schématiquement). Cette année, le sujet qui à focaliser toutes les attentions était donc : le ROI et la mesure de la réputation en ligne !

 

==> Identité numérique et e-reputation : une biblio-sito-graphie: une bibliographie à découvrir pour aller plus loin sur les concept d'identité numérique et d'e-réputation.


 

==> L’e-réputation est ce que les médias sociaux disent de vous: approfondissement et réflexions intéressantes sur l'e-réputation et ses divers aspects.


 

==> La réputation digitale ou le concept de l’arbre: quelle forêt cache-t-il ?Analyse détaillée pour prendre de la hauteur sur le sujet.


 

==> Le ROI est mort, vive le ROI ?: au final, le retour sur investissement n'est-il pas une adéquation entre image voulue/image perçue, objectifs de départ/objectifs atteints ?


 

==> 3 approches différentes des social media analytics: décryptage de trois méthodes de « mesures » de résultats sur les réseaux sociaux. Utile pour s'inspirer et définir ses propres indicateurs.


 

==> Du ROI (Return On Investment) au RONI (Risk Of Non-Investment): inverser l'approche pour déclencher l'action. Un concept intéressant et à creuser dans la mise en place d'indicateurs, et pour des actions de sensibilisation.


 

==> Critères de dangerosité et e-reputation: une proposition concrète et applicable d'indicateurs de mesure quantitatifs.


 

==> Pourquoi je ne veux pas de vos indicateurs de mesure: influenceurs, tonalités... Et si il n'y avait pas d'indicateurs types mais bien un ensemble de critères propres à chaque organisation, et en constant renouvellement ?


 

==> Stratégie et e-reputation : évaluer les résultats de votre communication sur votre image: réflexions intéressantes à intégrer dans sa stratégie.


 

==> Que faire pour les marques sans charisme numérique ?: Car si ma marque n'est pas Coca-Cola, il est souvent difficile de trouver des études de cas concrètes...

 

 

 

La veille : outils et méthodologies


 

Plus besoins de démontrer (il me semble) sur ce blog l'utilité de la veille. Et comme CaddE-Réputation fait la part belle aux outils et méthodologies de veille, voici une large selection d'articles provenant aussi d'autres blogs, et visant à vous fournir des billes que ce soit dans le choix de vos outils ou dans la mise en place de stratégies de veille.

 

 

Les outils

 

==> Tableau comparatif des 95 outils déjà présentés sur CaddE-Réputation: une vue non pas exhaustive, mais en tout cas robuste, d'outils utiles à votre veille sur le web.


 

==> 5 outils pratiques pour la veille au quotidien: des outils à tester.

 

 

==> 12 outils et méthodes pour veiller sur les forums : car les forums sont, pour l'e-réputation, des lieux de conversations encore et toujours cruciaux.


 

==> The Archivist: Excellent outil d’analyse et d’archivage pour Twitter: tout est dans le titre !


 

==> Outils de veille : de la difficulté de faire le bon choix: surtout si celui-ci nécessite un certains investissement (d'ailleurs : un outil gratuit ou payant ?).


 

==> Outils de veille d’opinion/e-réputation : pourquoi ca ne marche pas (ou si peu …): la réflexion et la place de l'analyse humaine reste prépondérante, rien ne sert donc d'être technophile et d'attendre (ou de croire à) l'outil magique.


 

==> Social Media Monitoring Mergers & Acquisitions: tout comme l'e-réputation, le business du « social media monitoring » (outils de veille image) est en pleine structuration. Voici un bon schéma récapitulatif.

 

 

Les stratégies et les réflexions

 

==> Veille et recherche d’informations : quelles différences ?: petites différences sémantiques mais réelles divergences de pratiques, la recherche d'informations ne nécessite pas forcément les mêmes outils et les mêmes méthodes que la veille.


 

==> Définir ses objectifs de veille image en 14 questions: Pour bien commencer, pour mieux mesurer et pour définir une stratégie de veille qui tient la route, il faut se poser les bonnes questions.


 

==> Les différentes étapes du processus de veille: un schéma récapitulatif clair et pertinent.


 

==> Analyse des tonalités: des mobilisations positives ?: les tonalités (les sentiments exprimés par les internautes) sont souvent l'enjeux principal de la veille en e-réputation (ou d'opinion). Si l'automatisation semble pour l'instant difficile (voir impossible), la caractérisation humaine demande aussi de la méthode.


 

==> Evaluer la crédibilité d’une ressource sur internet : étape toujours essentielle, qui plus est pour la gestion de la réputation en ligne afin de bien évaluer la pertinence d'une information (et parer à certaines actions « d'e-lobbying »). Issues en partie de l'intelligence économique, ces méthodes sont rapidement applicables. La problématique se pose d'ailleurs aussi pour Twitter...


 

==> Veille numérique : comment analyser sa concurrence sur internet ?: car on l'oublie parfois, mais pour définir un positionnement stratégique sur le web il est toujours nécessaire d'analyser la stratégie de ses concurrents.


 

==> «Pour faire une veille intelligente sur les réseaux sociaux il faut être au coeur des réseaux sociaux»: pour appréhender des usages, pour évaluer des perceptions, il paraît nécessaire de s'en imprégner au mieux et ne pas seulement avoir un regard distancié.


 

==> Bonnes pratiques de veille sur le Web social : des retours d'expérience et des trucs et astuces pour mettre en place une veille efficace (ou tout du moins productive) sur le web dit social.

 

 

==> Les 3 qualités d'un veilleur : la paresse, la curiosité, et l'imagination. Faisant de lui un anti-employé ?...

 

 

 

Le community management


 

Comme dit plus haut, la gestion de communautés en ligne (si tant est qu'elle soit possible) fait partie (avec la veille) des typologies d'actions inhérentes à la gestion de la réputation en ligne. Qui plus est, il s'agit du « buzzword » qui à retentit le plus fort sur le web cette année. Voici donc une selection très réduite de quelques articles, la littérature sur le sujet étant extrêmement fournie. Je vous invite à lire plus d'articles sur les blogs proposés afin d'avancer dans vos reflexions sur cette thématique.

 

==> Quelques définitions des communautés virtuelles: pour bien débuter, définir ce qu'est une communauté virtuelle...


 

==> Community Managers : entre contacts & audience : le rôle du community manager (face à la pléthore d'offres d'emplois et de stages) est difficilement définissable. Pourtant, c'est sur lui que repose souvent l'image d'une organisation sur le web. La définition de son rôle est donc essentielle.


 

==> Pourquoi le community manager doit faire partie de l’entreprise : question essentielle : le représentant de mon image sur le web ne doit-il pas être pleinement intégré à mon organisation ?


 

==> Comment appréhender l'e-réputation de votre community manager ? : une interview pour réfléchir au positionnement médiatique du community manager face à l'organisation qui l'emploie.


 

==> Community Manager VS Nettoyeurs du Web : ou comment le rôle de l'un est crucial, là où le rôle de l'autre est nocif pour votre organisation.


 

==> Arrêtons de parler du Community manager : peut-être qu'au final, on parle plus de community management que l'on ne met réellement en place de stratégies ?!


 

==> Le community management : stratégies et bonnes pratiques pour interagir avec vos communautés : un livre que je vous recommande de part ses aspects didactiques et concrets.


 

==> Le community management c'est magique : au final, n'en fait-on pas un peu trop (et surtout « mal ») sur ce sujet ?...


 

 

Des livres blancs


 

Cette année aura aussi vue la publication en ligne de nombreux livres blancs (ou e-books) sur le sujet.

 

==> E-réputation : le livre blanc : projet lancé par Aref Jdey et regroupant la vision et les pratiques de nombreux professionnels sur la questions.


 

==> Influence et réputation sur l’Internet : un très bon e-book qui défini (notamment par l'exemple) la notion d'influence sur le web, terme trop souvent employé à tort sur Internet.


 

==> Identité Numérique, enjeux et perspectives : une pléiade de spécialistes pour aller plus loin sur le concept d'identité numérique.


 

==> 4 livres blancs pour vos soirées d'hiver : tout est dans le titre, des livres blancs à (re)découvrir.

 

 

Voilà pour la selection d'articles qui, à mes yeux, résument plus ou moins l'état de l'art en e-réputation pour 2010. Ou qui, en tout cas, vous permettrons d'approfondir la question pour bien commencer 2011. Rien d'exhaustif donc (car l'exhaustivité est impossible, qui plus est sur le web dit 2.0), mais de quoi sérieusement alimenter votre rentrée, et vous éviter l'infobésité).

 

 

 

Gazouillons ensemble !


 

2010 m'aura permis d'affirmer mon goût et ma pratique de Twitter. Avec une idée simple : je suis (following) les personnes avec qui je converse (voir que pour la plupart je connais de visu), et je mets sous flux RSS (avec filtre par requêtes) les comptes qui me suivent.

 

Au-delà, Twitter a alimenter de manière conséquente ma veille cette année, et m'a permis entre autre de vous livrer une partie de ma sélection dans ce billet. Afin de vous permettre de partager et surtout d'accéder à des informations pertinentes grâce à l'outil roi du micro-blogging, voici une selection de comptes que je vous invite à suivre. Mon Follow Year (#FY) enquelques sortes :-) :

 

@Aponcier, @nblas, @Moderateur, @sirchamallow, @FBrahimi, @actulligence, @affordanceinfo (et surtout son blog!), @internetactu, @Media_Naranja, @Eli_P, @Silvae, @ecran2veille, @Benavent, @aurelieg34, @Cyroultwit, @pcuenot, @AntoineDupin, @TerryZim...

 

Et celles et ceux que j'ai oublié (cet article ne se finirait plus :-)), mais qui forment une vraie communauté d'information où l'interaction et les échanges sont accessibles et enrichissants.

 

 

Le (petit) cadeau pour 2011


 

Toujours dans l'idée d'affiner votre recherche d'informations sur l'e-réputation pour 2011, voici une requête que j'utilise couramment (sur Google ou ailleurs) pour déceler les dernieres productions sur le sujet :

 

e-reputation OR ereputation OR « e reputation » OR « réputation numérique » OR notoriété AND web OR « identité numérique » OR cyber AND reputation OR « online reputation management » OR « gestion de la réputation en ligne » OR « veille d'opinion » OR veille AND outils

 

Une petite requête que je vous laisse ajuster ou affiner (avec Google par exemple), et qui vous permettra peut-être de découvrir certaines ressources en ligne.

 

 

Et pour 2011, que disent les astres ?


 

Sans vouloir entrer dans un exercice de prospective, 2011 s'annonce au niveau de l'e-réputation comme une période faste, que ce soit du côté business (les agences ne cessant de se multiplier) ou encore au niveau des productions de contenus. Là où cette problématique était majoritairement traitée par des blogs spécialisés il y a à peine un an, il n'est pas illogique de penser que de plus en plus d'analystes du web vont l'introduire dans leurs réflexions.

 

Du côté de CaddE-Réputation, les bonnes résolutions sont les suivantes : encore plus d'articles de réflexions (un peu plus éloignés de l'e-réputation mais en lien avec mes thématiques de recherches), du pratique pragmatiquement applicable, un développement sévère de ma sensibilité au graphisme et à l'ergonomie de ce blog, toujours lus d'articles collaboratifs et d'interviews...

 

D'un point de vue plus personnel, je continue mon long et grand projet universitaire et professionnel qui je l'espère aboutira à bon terme.

 

 

Sur ce, je vous laisse avec 90 liens pour vous remémorer l’année 2010 de l’e-réputation, et pour bien entamer 2011 !

 

Et puisque cet article est programmé pour publication le 1/1/2011 à 00h01, je vous souhaite à toutes et tous une belle et heureuse année 2011 emplie de réussites !

 

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 14:15

CoinDuFeu2.jpgLe froid est arrivé, et avec lui des productions de qualités sous forme de livres blancs : entreprise 2.0, Twitter, identité numérique et e-réputation sont au programme. Bref, de quoi s’informer, développer ses réflexions et renforcer ses acquis sur des problématiques inhérentes à la bonne mise en place de stratégies web (tout en restant au chaud).

 


 

Livre blanc sur l’entreprise 2.0

 

 

Premier livre blanc, dirigé par Anthony Poncier, et dédié au concept d’entreprise 2.0 sous plusieurs aspects : SI, gestion des connaissances, évaluation du ROI, relations sociales, veille, storytelling… Avec un panel de spécialistes, et surtout de praticiens, de l’entreprises 2.0 qui apportent une vision concrète et basée sur l’analyse de leurs pratiques : Cécil Dijoux, Arnaud Raynole, Bertrand Duperrin, Vincent Berthelot, Christophe Deschamps, Franck La Pinta… Et de nombreux autres (20 auteurs en tout) !

 

Appréhender le concept d’entreprise 2.0 me semble essentiel lorsque l’on parle de gestion de la réputation en ligne. En effet, rien ne sert de communiquer pour communiquer, si au final l’information clé (critique, question, ou autre) n’est pas transmise aux services concernés, aux collaborateurs qui pourront ou non y apporter une réponse claire et pertinente. On se rapproche donc ici de l’idée de Social CRM, sur laquelle je reviendrais bientôt…

 

Place donc à ce livre blanc, qui mérite réellement d’être lu dans les détails de part la pertinence de ses auteurs, et surtout des approches et réflexions présentées :

 


 

 

Une véritable encyclopédie Twitter


 

Travail titanesque oserais-je presque dire, et coordonné de main de maître par Flavien Chantrel, cet Ebook intitulé « Tirer le meilleur parti de Twitter (deuxième édition) » réunit pas moins de 47 auteurs pour plus de 250 pages d’analyses, de trucs et astuces, d’outils et de méthodologies pour mieux comprendre et s’approprier Twitter dans un contexte professionnel.

 

Encore une fois, la pertinence et la qualité des articles méritent le détour. Et comme je vois plus cet Ebook comme une mini encyclopédie, gardez le à portée de clics afin de pouvoir vous y reporter en cas de besoins, ou pour nourrir vos réflexions sur le sujet…


 


 

 

Guides pratiques de l’e-réputation à l’usage des individus et des entreprises


 

Ces deux guides coordonnés par Amal Belkamel et Amine Benhamza sont parus au mois de septembre (et je n’avais pas eu l’occasion de les présenter).

 

Plus axés sur la sensibilisation que les deux livres blancs précédents, ces guides participatifs regroupent les conseils d’une vingtaine de spécialistes des questions d’e-réputation appliquées aux particuliers comme aux entreprises.

Utiles donc pour consolider ses bases sur les questions de gestion de réputation en ligne !

 

 

 

 

Merci à tous ces auteurs (et coordonnateurs) de mettre en accès libre ce partage de savoirs et savoir-faire, toujours nécessaire au bon développement du web, de ses usages professionnels. Et surtout nécessaire à une prise de recul face aux flux permanents d’informations en tout genre circulant « sur la toile ».

 

Bonne(s) lecture(s) au coin du feu, et n’hésitez pas à me poser des questions sur les articles que j’ai pu rédiger dans ces divers ouvrages numériques !

Repost 0
Published by Camille A - dans Rayon Actualité
commenter cet article

Le nouveau blog!

Le nouveau blog : cadderep.hypotheses.org

 

Rechercher

Gazouillis