Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 10:24
Voici une petite application en ligne permettant de vérifier si votre organisation ou vous même êtes présents sur 72 réseaux soiaux (plateformes vidéos, photos, etc.) : Namechk.

Dédié en priorité au personal branding (s'y retrouver dans la jungle des inscriptions aux différentes plateformes de médias sociaux en ligne), aspect que nous laisserons à nos collègues, cet outil peut s'avérer pratique pour la veille d'opinion et la gestion de l'e-réputation d'une marque ou d'une organisation :

- vérifier si la marque est présente sur les différentes plateformes ;
- repérer où la marque n'est pas et pourrait être ;
- définir de manière globale le territoire de communication de la marque : où peut-elle réagir au plus vite ? quel réseaux peut-elle se créer ?
- récupérer les pseudos déjà utilisés mais sans activités se rapprotant à la marque par d'autres et ainsi éviter toute "usurpation", ou encore pour leurs proposer un partenariat, etc...

Le fonctionnement ?

Il suffit d'entrer dans la barre de recherche le nom de l'organisation, et d'ensuite vérifier où le nom est présent.


En vert, les sites sur lesquels le nom ou pseudo est disponible, en rouge ceux où le nom n'est pas disponible.



Il est amusant de remarquer, par exemple, qu'il existe déjà un compte "edf" (et plus d'un d'ailleur) sur Dailymotion... Et que ce compte est abonné principalement à des groupes de vidéos "sexy"!

Un outil de positionnement rapide et utile, à tester donc pour sa marque...ou pour soi!
Repost 0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 10:12
Dans la série des outils gratuits permettant de mettre en place une veille d'opinion simple mais efficace, voici Trendpedia.



Cet outil encore en version beta est développeé par
Attentio (société prposant des outils de veille d'opinion) et ressemble sensiblement à Google Trends.

Le principe : Trendpedia trace les statistiques du nombre de post par sujet sur une période donnée. Plus concrétement il suffit de taper un terme recherché (par exemple "EDF") afin d'obtenir le nombre de post où apparait cette occurence (ainsi que les liens des pages en question).


Afin d'afiner les recherches, un mode avancé est disponible. Celui-ci permet de définir les langues de recherche (26 disponibles) ainsi que la période de recherche (jusqu'à 3 mois).

A noter que les résultat peuvent être partagé sur Delicious, Facebook, etc.

En bref, cet outil permet d'avoir une vue globale de la présence sur le web d'une marque ou d'une organisation.

Il est intéressant que des producteurs de solutions payantes mettent à disposition leurs technologies par le biais d'outils gratuits et facile d'accès. Même si, bien évidemment, il s'agit surtout d'un appel pour passer à des outils payants donc plus précis....
Repost 0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 17:58

Voici Steprep un outil (encore en version beta).

Ce qu'il permet ? Repérer les sites qui parlent de votre organisation, les noter, les classer, créer un « homebook » permettant de mettre en avant et de partager les sites qui valorisent votre organisation... et ce gratuitement bien entendu!


Tout d'abord, pour ceux qui préfèrent lire en diagonale, voici une petite vidéo présentant Steprep :




Simplement, voici comment fonctionne Steprep :


Steprep nécessite la création d'un compte Google (n'importe quelle adresse mail suffit). Après une rapide configuration (nom de l'organisation, secteur, etc.) l'outil est prêt à être utilisé.


L'outil principal se nomme « Reputation Monitor ». Très rapidement il suffit de créer une nouvelle recherche, détaillée (choix des termes devant apparaître ou non) ou pas (simple mots clé).


Suite à cela, apparaissent les premiers résultats.




Steprep permet ensuite, et là est tout l'intérêt, d'évaluer ces sources : bonnes pour l'image de l'organisation (« Good »), mauvaises (« Bad »), pas intéressantes ou hors sujet (« Not relevant »), et celles que vous avez déjà vues (« Watch »).

Le but est de pouvoir ensuite retrouver ces sources dans la liste créée. Ainsi, les veilleurs ont un pré-classement des sources recherchées, et dans le cadre d'une action de gestion de l'e-réputation cela permet de déterminer quels sites seront à mettre en valeur ou pourront servir « d'influenceur »...


Autre fonction intéressante, la création de widgets, liés à la possibilité de mettre en place un Home Book (page d'acueil publique ou non).


Ces widgets consistent en l'agrégation des sites étant positifs (ou non) qui ont été trouvés. Le but est soit de les mettre sur votre page Steprep pour les surveiller, soit des les mettre sur vos blogs, Facebook, Myspace, Netvibes, etc. Dans le cadre d'une campagne massive antibad buzz ce type de widget permet de faire remonter dans les résultats des moteurs de recherche les sites renvoyant une image positive de votre organisation (en partant du principe que les internautes cliquent sur ces liens bien entendu).

 

Autre particularité, Staprep s'organise comme un réseau social et permet de retrouver les membres ayant déjà créé une page par localisation géographique.


De plus, une alerte est proposée pour surveiller les sites en questions ou bien les mots clés recherchés.


Notre avis


Cet outils encore en version beta est plutôt prometteur pour un outil gratuit. Certaines fonctionnalités seront bientôt actives (comme la possibilité de noter les sites pour les internautes se connectant à votre page Steprep), ou encore une possible automatisation des recherches sur le principe de Google Alertes (avec choix des termes et des notations pour un classement automatique) d'ici fin 2009. Si ce service ce développait dans ce sens tout en restant gratuit, certains fournisseurs de logiciel de brand monitoring n'auraient qu'à bien se tenir....


Bien évidemment, Steprep est loin d'atteindre la précision et la qualité de recherche des plate-formes payantes actuelles. De plus, Steprep ne cherche que sur Google (et ses services associés :blog search, etc.), ce qui fait partir du principe que la web notoriété d'une marque se juge principalement (au niveau quantitatif) sur ce moteur de recherche... Comme pour le référencement, les personnes ne se basant que sur Google auront des surprises le jour un bug sur une longue durée arrivera...


Néanmoins cet outil apparaît comme très utile pour mettre en place une veille d'opinion simple et journalière. Alors à vous de tester !

Repost 0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 20:12
Twitter est de nos jours de plus en plus utilisé par l'internaute 2.0, au même titre que Facebook. Le principe, que l'on appel du micro-blogging : écrire au moment où on le souhaite ce que l'on veut, et le faire partager à la terre entière (ou tout du moins à ses amis Twitter).

 

L'intérêt pour l'e-réputation ?

 

=> repérer vite les départs de bad buzz ;

=> obtenir une opinion brute des internautes sur une organisation, mais aussi sur un événement ;

=> relayer en live une communication événementielle ;

=> cartographier des communautés d'acteurs ;

=> faire participer l'internaute à des réflexions communes.

 

Et bien d'autres stratégies peuvent être mises en place par le biais de Twitter.

 

Il existe de nombreux outils gratuits pour mettre en place une veille d'opinion sur Twitter. Voici 12 d'entre eux (nous sommes ouverts à toute nouvelle proposition, la liste s'agrandira au fur et à mesure :-) catégorisés par « recherches », « surveillance » et « tendances » (en particulier ces outils, bien utiles pour une veille d’opinion quantitative).

 


Recherches

 

 

Search Twitter : L'un des moteurs de recherche les plus efficaces. Le principe est simple : il suffit de rentrer les mots clés dans la barre de recherche, et search twitter affiche les posts contenant les mots clés.

 

Twingly : Même principe que le précédent, mais cherchant sur d'autres outils de micro-blogging (et oui, il n'y a pas que Twitter, il existe aussi Jaiku, Identica, ou encore Bleeper pour les allemands, et bien d'autres). A noter qu'une alerte mail et la mise en place d'un flux RSS est possible.

 

BackTweets : Ce moteur permet de trouver dans les différentes conversations Twitter les messages où sont cités les liens recherchés.



Twibs : Recherche dans les comptes Twitter dédiés aux entreprises. Si par exemple le mot clé « food » est entré, les comptes de Dunkin Donuts ou de Whole Foods apparaissent dans les résultats. Seul défaut, la recherche est quasi intégralement anglophone (la possibilité d'entrer de nouveaux comptes d'entreprise est donnée).

 


 

Surveillance

 

 

TweetBeep : Comme Google Alert (ou tout autre service d’alerte mail) une simple inscription suffit. Il suffit de choisir ensuite les termes mais aussi les URL que l’on souhaite surveiller afin de recevoir une alerte quand ce terme est cité sur Twitter.

 

Twilert : même principe que l’outil précédent.

 

Monitter : Cet outil permet de visualiser en direct les différents flux de conversation en fonction des thermes recherchés : 3 flux, 3 mots clés. Monitter donne la possibilité de chercher dans des zones géographique précises (entre 10 et 100 km d’un pays), mais aussi de générer un flux RSS spécifique à chaque mot clé (permettant ainsi son insertion dans votre agrégateur de flux habituel).

 


 

 

 

Tendances

 

 

TweetStats : Après avoir entré le nom d’utilisateur Twitter, TweetStats génère une série de statistique sur le nombre de gazouillement (ou tweet) du compte, par :


=> mois

=> densité selon le jour et l’heure de la semaine

=> jour actuel

=> heure de la journée

=> nombre de messages par amis

=> interface d’envois des messages (web, TwitPic, txt et mobile)

 

 

 

 

TweetVolume et TwitterMeter génères le nombre d’occurrence d’un terme dans Twitter, ce qui apparaît comme utile lorsque l’on souhaite évaluer le taux d’audience d’une marque ou d’une personne (en partant bien entendu du principe que le nom recherché soit atypique ou sans homonymes). A noter l’interface beaucoup plus agréable de TweetVolume.

 

Twinfluence : A considérer un peu comme un Touchgraph dédié à Twitter. Cet outil permet de visualiser (sous forme de cartographie) les différents comptes Twitter reliés à celui que l’on souhaite analyser. Ceci permettant entre autre de mesurer la capacité de diffusion (donc d’influence) d’un compte.

 

Twitt(url)y : Cet outil fait apparaître les tweet les plus actifs en ce qui concerne l’échange d’URL (ou tinyurl), et permet aussi de surveiller l’échange d’URL en fonction d’un ou plusieurs mots clés. De même, un flux RSS peut être créé.

 

Certains gazouillements ne tomberont plus dans l’oreille d’un sourd…

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 19:31
Dans la série des outils gratuits en ligne permettant d'effectuer une veille d'opinion rapide et simple, voici Top des blogs


Le principe ?

Après avoir inscrit l'URL d'un blog dans la barre de recherche, le site génère des statistiques, à savoir :

- des mesures d'audience issue de Feedburner (le nombre d'abonnés et le taux d'activité notamment) pour les blogs générant leurs flux RSS par ce biais ;


- le nombre de liens entrant et de pages indéxées issus de Google et Yahoo (Yahoo semblant plus fiable) ;


- le classement Technorati ou encore le nombre de bokmarks dans delicious ;
- les mots clés les plus utilisés dans les articles ;
- les backlinks récent.



L'utilité pour une veille d'opinion ?

Combiné à d'autres outils gratuits, Top des blogs permet d'avoir une vue d'ensemble de la capacité de diffusion d'un blog, et donc de son influence sur le web.

Par exemple, Top des blogs + TouchGraph = visualisation quantitative de la capacité de propagation du blog

Ne pas oublier que même si le nombre de pages indéxées ou de liens entrant est grand, se questionner sur la fiabilté des informations présentes dans le blog ou encore le nombre de commentaires est toujours nécessaire. Reste que ce site développé par Olivier Ruffin (fondateur de Ziki) permet d'avoir une idée du potentiel d'influence d'un blog...ce qui stratégiquement est toujours utile!
Repost 0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 18:47
Au delà des traditionnels sites d'orientation (comme Studyrama par exemple) voici notetondiplôme.fr.



Le principe : n'importe quel internaute peut noter, décrire et commenter des formations universitaires (de bac +2 à bac +5). Afin d'inscrire une formation, il faut par contre être inscrit.

Les critères de notation sont variés, de l'ambiance générale à l'emploi du temps en passant par l'équipe pédagogique.

Reste que ces critères peuvent être encore affinés (bien que les commentaires libres soient possible).


Que penser de ce type de site ?

Tout d'abord, d'un point de vue de gestion de la réputation et de l'influence on-line, ce type de site va permettre la mise en place d'actions de communication stratégique
efficaces sur le web. Les habituels sites d'orientation ne permettant que les commentaires (la déscription de la formation étant écrit par des spécialistes, donc "objective"), Note Ton Diplôme apparait comme un vrai outil 2.0 donnant la parole aux internautes.

A l'heure où la loi LRU va mettre en compétition les Universités françaises et que certaine se préparent déjà à cela (rappelons au passage que mardi dernier à eu lieu la conférence des Tiroirs de l'IE sur le thème "Comment l'Université pratique-t-elle l'intelligence économique"), ces sites s'annoncent passionnant à observer (dans l'hypothèse où ils se développent) tant ils permettront des actions de valorisation et d'influence on-line.

Notons que cette loi LRU a été entre autre motivée par les mauvais résultats des Universités au classement de Shangaï, classement réalisé par une poigné d'experts. Laisser la possibilité aux étudiants de noter leur propre formation serait déjà un pas vers un classement plus "démocratique", dans tout les cas 2.0...
Repost 0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:25
A l'heure où certains (chanceux :-) partent au ski, et d'autres en week-end bien mérité, posons nous la question suivante : qu'a t'on dit de moi (ou de mon organisation) pendant ma période sans web 2.0...



Whos Talkin permet de s'en faire une idée. Déjà traité dans d'autres blog (comme l'excellent Web2marketing de nos collègues icomtecien, ou encore Outils Froids de notre non moins vénéré professeur C. Deschamps) il n'est pas inutile d'y revenir dans le cadre de la gestion de l'e-réputation, et dans le concept de notre blog : un cadde, des outils, servez-vous!

Whos Talkin, tout comme social mention ou addict -o-matic permet de chercher des mots clés à travers différents outils web 2.0, tel : Backtype (recherche de commentaires), IceRocket, Myspace, Twitter, Technorati, et bien d'autres... Mais aussi sur les plate-forme vidéo, les forums, les bookmarks, les images...

Bref, un metamoteur complet, recherchant sur l'ensemble du web (c'est à dire ne privilégiant pas que les sources anglophones, comme addict-o-matic par exemple).

Les résultats sont présentés de manière simple sous forme de liste, seul inconvénient la non possibilité (pour l'instant ?) de classer ces résultats, par pertinence ou par date par exemple.




Whos Talking se présente donc comme un métamoteur relativement complet et efficace, intéressant (voir nécessaire) pour des recherches globales sur un sujet donné.

Bonne vacance et/ou bon week-end à toutes et tous.

Repost 0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 20:06
Dans la lignée des moteurs de recherche que l'on pourrait qualifier de 2.0 (comme social mention par exemple), voici Addict-o-matic.



Addict-o-matic permet de chercher en direct sur de nombreux types de sources :


- blogs : Google blogsearch, Wordpress, Technorati....
- actualités : Yahoo news, Live news, Google news...
- vidéos : You Tube, Dailymotion....
et plein d'autres sources comme Twitter, Digg, Flickr, etc...


Ce metamoteur permet d'avoir une vue d'ensemble des principaux média 2.0, vue d'ensemble facilitée par une présentation graphique agréable et explicite venant trancher avec les habituels résultats en texte/liens.
Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 11:33
Bien heureuse l'organisation (ou la personne) qui pense pouvoir supprimer toute trace de son passage sur un site ou un blog, en supprimant celui-ci ou certaines de ces pages.

En effet, grâce à Wayback Machine vous pouvez retrouver des versions archivées de certains sites web (mais aussi des blogs, forums, etc.) et ce jusqu'à 12 ans en arrière!


Le principe est simple, il suffit de rentrer l'URL du site dans la barre de recherche, et instantanément un tableau contenant des liens vers les versions archivées du site en question est généré.

Dans l'exemple ci-dessous, le site de l'ICOMTEC a été choisie, voici le résultat :



Le site archive principalement les mises à jour. Tout comme pour Google cache, l'archivage (le passage sur le site des "robots") est aléatoire. Si bien qu'un site ayant de nombreuses visites aura plus de pages archivées qu'un site avec peu de visites.

A noter qu'une recherche avancée est aussi possible :



Ce mode de recherche permet de déterminer les dates précises à rechercher, ainsi que les types de documents modifiés (vidéos, pdf, etc.), ou encore d'afficher toutes les pages dupliquées (s'il y a eu 10 modifications dans la même journée par exemple, Wayback vous les montre toutes).

D'un point de vue de gestion de l'e-réputation il parait nécessaire de prendre en compte cette possibilité de retrouver les traces laissées sur un site, même 10 ans auparavant. En effet, dans une idée de "guerre de l'information", certaines personnes malveillantes pourraient sortir "un cadavre du placard". Ou bien un buzz négatif  qui a été rapidement étouffé peut être détéré à tout moment.

De même, dans une approche de consulting, ce type de recherche permet d'auditer la stratégie web d'une organisation sur le long terme (en comparant les différentes versions d'un même site).

Pour des veilleurs (ainsi que toute personne recherchant des infos sur le web) Wayback permet de retrouver une info que l'on pensait supprimée à jamais.

Enfin, cela vient démontrer que (malgrès ce que vendent certaines agences peu scrupuleuses) le web à une mémoire éternelle (et donc quasi-innéfaçable), et qu'il est toujours préférable de réfléchir avant d'agir... ou publier !
Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 20:20
Dans la série des outils permettant de tracer des liens graphiques entre différents sites, nous vous avions déjà présenté Touchgraph.

Voici un autre outil du même genre : Walk2web



Le principe, tout comme Touchgraph, est simple : vous rentrez l'url d'un site, et Walk2web trace automatiquement les liens entre les différents sites (représentation dite mentale).

L'intérêt pour l'e-réputation : évaluer le potentiel de diffusion et d'influence d'un site.

A noter des éléments propres à Walk2walk, comme l'image du site recherché, la possibilité de laisser un commentaire (visible par tous les internautes) et de noter le site.
Plus intéressant, la possibilité de marquer directement le site dans ses flux RSS, de l'intégrer à ses bookmarks, à del.icio.us ou encore envoyer l'adresse (ou le flux RSS)
directement par mail.



Les capacités de recherche sont néanmoins très limitées comparé à d'autres logiciels comme Kartoo par exemple.
Repost 0

Le nouveau blog!

Le nouveau blog : cadderep.hypotheses.org

 

Rechercher

Gazouillis